Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Une enquĂȘte est ouverte sur l’affaire des bĂ©bĂ©s nĂ©s sans bras

Une enquĂȘte est ouverte sur l’affaire des bĂ©bĂ©s nĂ©s sans bras

L’affaire fait de plus en plus parler d’elle. Des cas anormalement Ă©levĂ©s de malformations au niveau des bras, des avant bras ou des mains de nouveaux nĂ©s auraient Ă©tĂ© recensĂ©s entre 2007 et 2014 sur plusieurs dĂ©partements. Pour l’instant aucune explication ne peut ĂȘtre avancĂ©e mais la Ministre de la SantĂ© a dĂ©cidĂ© d’ouvrir une grande enquĂȘte.

Qu’est ce que l’affaire des bĂ©bĂ©s nĂ©s sans bras ?

3 dĂ©partements sont touchĂ©s par un nombre particuliĂšrement Ă©levĂ© de malformations au niveau des bras, des avant-bras ou des mains. Entre 2007 et 2014 on a recensĂ© un nombre de cas Ă©levĂ©s dans les dĂ©partements de Bretagne (4 cas entre 2011 et 2013), Loire-Atlantique (3 cas entre 2007 et 2008) et de l’Ain (7 cas entre 2009 et 2014), mais plus inquiĂ©tant, ces cas Ă©taient regroupĂ©s dans un pĂ©rimĂštre restreint, ce qui pourrait faire penser Ă  une cause environnementale. Ces cas ont Ă©tĂ© rĂ©pertoriĂ©s notamment au registre des malformations de RhĂŽne-Alpes (Remera), mais l’affaire a surtout mĂ©diatisĂ©e suite Ă  reportage sur France 2, « L’Ɠil du 20 heures » ou une maman d’un petit garçon nĂ© sans main droite tĂ©moignait et ou on dĂ©couvrait plusieurs cas similaires a proximitĂ© de chez elle.

Les mĂ©thodes d’analyse critiquĂ©es

SantĂ© Publique France a donc Ă©tĂ© chargĂ©e d’étudier ces cas et a conclu rĂ©cemment que les malformations retrouvĂ©es dans l’Ain ne reprĂ©sentaient pas des excĂšs de cas, au contraire des cas recensĂ©s dans les deux autres dĂ©partements. SantĂ© Publique France a pour cela utilisĂ© les donnĂ©es du Remera (Registre des malformations en RhĂŽne-Alpes), structure associative menacĂ©e par un arrĂȘt de financement. Seulement des statisticiens ont critiquĂ© vivement les mĂ©thodes d’étude de SantĂ© Publique France, pointant des erreurs grossiĂšres : les cas dans l’Ain seraient bien en excĂšs. En parallĂšle, Emmanuelle Amar, qui a rendu publique cette affaire a Ă©tĂ© accusĂ©e de crĂ©er une polĂ©mique sans fondements bien qu’elle ait Ă©tĂ© soutenue par des Ă©lus Ă©cologistes.

Nouvelle enquĂȘte diligentĂ©e par le ministĂšre de la SantĂ© et de l’Agriculture

AgnĂšs Buzyn (ministre de la SantĂ©) a donc dĂ©cidĂ©, avec Francois de Rugy (ministre de l’Agriculture) de relancer une enquĂȘte afin de trouver les causes de cette hausse de malformations. Cette enquĂȘte fera intervenir SantĂ© Publique France ainsi que l’Anses. Elle mettra en avant de nombreux experts, ce qui permettra d’avoir selon les termes de la ministre, un « regard croisĂ© » de mĂ©decins et d’experts de l’environnement car « On ne peut pas se satisfaire de dire qu’on n’a pas trouvĂ© de causes, c’est insupportable »

A quoi peuvent ĂȘtre dues ces malformations ?

Ce type de malformations concerne environ entre 80 et 100 naissances par an en France selon la ministre de la santĂ©. Il existe de nombreuses causes Ă  ce type de malformations : des causes gĂ©nĂ©tiques mais aussi des causes environnementales comme par exemple l’exposition a des produits toxiques comme des pesticides ou des mĂ©dicaments.

À lire absolument