Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Atteinte d’un cancer, elle ne veut pas mettre fin Ă  sa grossesse

Atteinte d’un cancer, elle ne veut pas mettre fin Ă  sa grossesse

 

Une excellente nouvelle, suivie d’une dĂ©couverte trĂšs dure, c’est ce qu’a vĂ©cu Diane, une jeune Britannique ĂągĂ©e de 30 ans. En aoĂ»t dernier, Diane a le bonheur d’apprendre qu’elle est enceinte, mais quelques heures plus tard, ses mĂ©decins lui apprennent qu’elle est aussi victime d’un cancer du col de l’utĂ©rus
 Pour guĂ©rir, elle doit avorter.

 

Le choix de Diane

Les montagnes russes ne sont rien Ă  cotĂ© des Ă©motions par lesquelles est passĂ©e Diane
 La seule solution pour guĂ©rir du cancer du col de l’utĂ©rus dont elle est atteinte ? L’hystĂ©rectomie, autrement dit l’ablation de l’utĂ©rus qui entraĂźnerait la perte du fƓtus qu’elle porte
 Mais comment demander Ă  une future maman d’arrĂȘter de porter la vie et de ne pas donner naissance au fruit de son amour ? Cette future mamans se refuse Ă  l’avis des mĂ©decins et dĂ©cide de consulter spĂ©cialistes sur spĂ©cialistes pour savoir si elle pourrait garder son bĂ©bĂ©.

 

Une solution inattendue

CancĂ©rologues comme obstĂ©triciens lui conseillent de mettre un terme Ă  sa grossesse. Elle mettrait sa propre vie en pĂ©ril tout en perdant son bĂ©bé  Oui, il y a une chance, mais elle est si infime
 A 11 semaines de grossesse, Diane rĂ©ussit Ă  mettre en place avec les mĂ©decins une opĂ©ration inĂ©dite : elle subit une ablation partielle de l’utĂ©rus sans que la chirurgie touche le fƓtus. Si cette opĂ©ration arrĂȘte le dĂ©veloppement du cancer elle ne suffit pas Ă  le guĂ©rir. En ce qui concerne cette chirurgie, l’hĂŽpital de Liverpool est prĂ©curseur, les mĂ©decins ne savent donc pas ce qu’elle peut donner Ă  terme


 

Un résultat miraculeux

AprĂšs 33 semaines de grossesse stressante, le fƓtus comme la maman se portent toujours bien. La petite Nancy vient alors au monde le 20 fĂ©vrier par cĂ©sarienne. Un accouchement sans problĂšme, pour le plus grand bonheur des parents, comme des mĂ©decins. En effet, ces derniers ont dĂ©sormais ouvert une nouvelle voix possible pour d’autres femmes malades dans le mĂȘme cas que Diane ! Tout de suite aprĂšs la naissance, l’hystĂ©rectomie est alors pratiquĂ©e, laissant une maman guĂ©rie qui peut profiter de sa petite fille.
Diane a pris une dĂ©cision qui aurait pu ĂȘtre lourde de consĂ©quences pour elle comme pour son bĂ©bĂ©. Si tout s’est, au final, bien dĂ©roulĂ©, que pensez-vous du choix de la jeune femme ?


 

Atteinte d'un cancer, elle ne veut pas mettre fin Ă  sa grossesse


À lire absolument