Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

À quelle dose la caféine avant la grossesse augmente les risques de fausse couche ?

Une récente étudiée réalisée par l’Institut national de la santé et l’université de l’Ohio (États-Unis) révèle un lien direct entre la consommation de caféine et les fausses couches. L’étude a permis de suivre des couples américains et de se focaliser leur hygiène de vie notamment en analysant leur dose de caféine avant les semaines de conception mais aussi pendant la grossesse. Ainsi, tant les hommes que les femmes ont été testés pour mettre en évidence un point-clé : consommer trop de café peut nuire au bon développement du fœtus voire même entraîner des fausses couches.

Une hygiène de vie à surveiller de très près

Publiée dans la revue Fertility and Sterility, l’étude a pu suivre, entre 2005 et 2009 dans les États du Michigan et du Texas, 501 couples souhaitant avoir un enfant. En se concentrant sur la consommation quotidienne de tabac, d’alcool mais également de boissons caféinées, les chercheurs ont établi un résultat sans appel.

Pour les couples ayant bu quotidiennement plus deux boissons caféinées pendant les semaines précédant la conception, le risque de fausse couche est plus élevé. Autant les hommes que les femmes jouent un rôle dans l’évolution de ce phénomène à l’issue souvent malheureuse. Sur les 344 couples dont la femme a pu commencer une grossesse, 98 ont abouti à une fausse couche, soit 28% d’entre eux.

Même constat chez l’homme comme chez la femme

Pour élargir au mieux leurs recherches, les chercheurs se sont consacrés à l’étude pleine et entière des deux membres d’un couple désirant avoir un enfant. Pour les femmes, si la consommation de boissons caféinées dépasse deux doses par jour avant la période de conception, 74% d’entre elles sont plus susceptibles de subir une fausse couche par rapport à celles qui n’en consomment pas du tout.

Du côté des hommes, le constat reste le même. S’ils consomment plus de deux boissons caféinées sur la même période donnée, les risques pour la femme de subir une fausse couche sont de l’ordre de 73% (comparé à ceux qui n’en boivent pas). De plus, le risque reste similaire pendant les 7 premières semaines de grossesse. Grâce à un ratio établi par les scientifiques, il a été permis de chiffrer un peu plus ces résultats. En effet, si ce fameux ratio excède 1, le risque de fausse couche devient accru. Dans les cas cités précédemment, le ratio pour les femmes comme pour les hommes s’élève à 1,74.

Des facteurs expliqués et des comportements à analyser

Nous savons que beaucoup de facteurs rentrent en jeu lorsqu’il s’agit d’une fausse couche : toxicomanie, alcoolisme, tabagisme etc sont d’autant de mauvaises habitudes nuisibles qui mettent en péril la santé du fœtus. Néanmoins, avec cette récente étude (et grâce à d’autres encore), le cas de la caféine est à prendre au sérieux.


Cela devient d’autant plus critique quand on sait que les deux parents ont leur rôle à jouer. Comme l’explique le Dr Buck Louis, chercheur de l’Institut nationale de la santé de l’enfant et du développement humain et principal auteur de l’étude, « la consommation de boissons caféinées par l’homme qui conçoit l’enfant est tout aussi fortement liée que chez la femme à la perte du fœtus ».

De plus, combiné donc à trop grande dose de caféine, le facteur de l’âge a également son rôle dans l’histoire. En effet, plus le couple est d’un âge avancé, plus les risques de fausse couche sont élevés. En outre, ces mêmes personnes ont plus d’accumulation dans l’organisme de substances chimiques présentes dans l’environnement, ce qui n’arrange donc pas les choses.

En revanche, point positif s’il en est, les femmes qui prennent des compléments multivitaminés avant la conception ont, elles, moins de risques de fausse couche. Selon les chercheurs, la réduction de ces risques peut grimper jusqu’à 55%. Si ces mêmes femmes continuent la même complémentation pendant les premières semaines de la grossesse, ce risque peut encore être réduit de 79%. Une bonne raison de modifier un peu ses habitudes si on est addictif aux excitants pour limiter les complications pendant la grossesse.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire