Neufmois.fr » Neuf mois sans alcool » Astuces » 5 idĂ©es reçues sur l’alcool et la grossesse dĂ©cryptĂ©es pour vous

5 idĂ©es reçues sur l’alcool et la grossesse dĂ©cryptĂ©es pour vous

Ah, l’alcool pendant la grossesse
 C’est un sujet encore (-et Ă  tort !) polĂ©mique, qui peut diviser les diffĂ©rentes gĂ©nĂ©rations d’une famille : depuis les annĂ©es 2000, la recommandation « zĂ©ro alcool pendant la grossesse » a fait du chemin, mais le discours n’a pas toujours Ă©tĂ© le mĂȘme. Un changement d’orientation qui marque encore les esprits, puisque les idĂ©es reçues sont vivaces ! CĂ©line Henz, sage-femme, les dĂ©crypte pour nous


Le placenta empĂȘche l’alcool de passer

Faux ! Les molĂ©cules d’alcool traversent le placenta, et se retrouvent ensuite dans le sang du bĂ©bĂ©. La quantitĂ© d’alcool prĂ©sente dans le sang du bĂ©bĂ© est en fait la mĂȘme que celle prĂ©sente dans le sang de sa maman. La seule diffĂ©rence ? Avec son tout petit foie, bĂ©bĂ© a bien plus de mal Ă  l’éliminer


Un verre d’alcool de temps en temps, ça ne pose pas de problùme

Encore faux ! C’est l’une des idĂ©es reçues les plus implantĂ©es : au cours de votre grossesse, quelqu’un vous dira forcĂ©ment qu’il n’y a aucun mal Ă  prendre un verre de temps en temps, tant que la consommation n’est pas rĂ©guliĂšre. En vĂ©ritĂ©, on ignore encore quelle est la quantitĂ© minimale d’alcool dangereuse pour le fƓtus. D’oĂč le principe de prĂ©caution recommandĂ© par les spĂ©cialistes : zĂ©ro alcool pendant la grossesse !

Un petit demi, ça fait moins de mal qu’un mojito

En terrasse avec vos amis, il faut bien avouer que la tentation est grande
 Et lĂ , on se dit « aller, un demi ça passe, c’est pas comme si je me prenais un mojito » ! On aurait aimĂ© vous faire plaisir, mais non, un demi ça ne passe pas : il n’y a pas d’alcool moins dangereux qu’un autre, puisque chaque verre standard contient la mĂȘme quantitĂ© d’alcool pur. Mais rassurez-vous : on vous propose d’excellente recette de cocktails sans alcool, qui vous permettront tout de mĂȘme de craquer pour un (virgin) mojito.


Les consĂ©quences d’une consommation d’alcool pendant la grossesse sont immĂ©diatement perceptibles

Pas toujours. La consommation d’alcool est dangereuse Ă  trĂšs court terme, puisqu’elle peut provoquer une fausse couche ou un accouchement prĂ©maturĂ©. Le futur bĂ©bĂ© peut Ă©galement souffrir de diffĂ©rents troubles liĂ©s Ă  l’alcoolisation fƓtale dont la forme la plus grave est le syndrome d’alcoolisation fƓtale (SAF), c’est-Ă -dire de malformations physiques (sous-dĂ©veloppement du cƓur, des bras, des jambes) et/ou de lĂ©sions cĂ©rĂ©brales. Or, ces lĂ©sions sont gĂ©nĂ©ralement diagnostiquĂ©es tardivement (gĂ©nĂ©ralement Ă  l’entrĂ©e Ă  l’école), lorsqu’on voit apparaĂźtre des retards mentaux ou des troubles du comportement. On considĂšre souvent que le nombre d’enfants souffrant de SAF est sous-estimĂ©, car il n’est pas toujours diagnostiquĂ© Ă  la naissance quand il ne s’accompagne pas de microcĂ©phalie ou de malformation. En France, ce syndrome est la premiĂšre cause non gĂ©nĂ©tique de handicap mental chez l’enfant : zĂ©ro alcool pendant la grossesse, c’est donc loin d’ĂȘtre simplement un principe de prĂ©caution.

Si on a consommĂ© rĂ©guliĂšrement de l’alcool pendant le dĂ©but de sa grossesse, ça ne sert Ă  rien de s’arrĂȘter

Non. Quel que soit le stade de la grossesse, il est recommandĂ© d’arrĂȘter de consommer de l’alcool. Si la future maman n’était pas consciente de sa grossesse ou n’a pas rĂ©ussi Ă  se sevrer, rien n’est perdu et il sera toujours profitable d’arrĂȘter l’alcool (ou de diminuer sa consommation). Il ne faut pas hĂ©siter Ă  faire part de ses Ă©ventuelles consommations aux professionnels de santĂ© qui suivent la grossesse. En revanche, pour une addiction Ă  des opiacĂ©s, le sevrage au cours de la grossesse n’est pas recommandĂ© : il faut instaurer un traitement de substitution et Ă©viter toute sensation de manque.

Il est surtout recommandé de se faire aider par un spécialiste : toutes les adresses utiles sur Drogues-info-services.fr.


À lire absolument