Toutes vos questions sur l’allaitement… et surtout les réponses !

L’allaitement est source de nombreuses interrogations pour la plupart d’entre nous. Moi future maman, comment bien allaiter mon bébé ? Quelles positions adopter ? Et si j’ai mal aux seins, que faire ? Comment réintroduire le biberon…. ? Autant de questions qui nous trottent dans la tête…. Vous avez été nombreuses à nous solliciter pour que des pros de l’allaitement éclaircissent vos interrogations, et nous avons choisi de poser vos questions à Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, de la Leche League.

 

Comment être sûre que les seins sont bien vides après une tétée et qu’ils sont bien pleins avant une tétée ?

Les seins ne sont jamais complètement « vides », même si bien sûr, ils sont plus ou moins remplis de lait et que l’on peut sentir la différence. Le mieux est de laisser le bébé téter le sein jusqu’à ce qu’il le lâche en s’assurant qu’il tète efficacement. Regardez s’il a bien le sein en bouche, qu’il déglutit… en vérifiant qu’il prend bien ce dont il a besoin (nombre de couches mouillées, de selles, prise de poids…).

 

J’allaite mon enfant depuis sa naissance, mais à quelques occasions, mes tétons sont de couleur rouge-violet et douloureux. Cela m’empêche de donner le sein. A part le lait qui atténue les maux, que puis-je faire pour réduire ces douleurs et nourrir mon bout’chou normalement sans être obligée de le tirer ?

Les tétons de couleur rouge-violet font penser à un vasospasme, où le mamelon passe du blanc au bleu puis au rouge mais il est peu probable qu’appliquer du lait atténue le phénomène. Le mamelon ne serait-il pas plutôt rose brillant ? Ce qui ferait penser à une candidose. Ou il y a une irritation, voire une crevasse pour laquelle appliquer du lait serait effectivement indiqué ! On conseille dans ce cas des compresses de lait maternel. Dans tous les cas, il faut rencontrer un expert compétent (pourquoi pas une animatrice d’une association de soutien à l’allaitement ou une consultante en lactation).

 

Peut-on donner du lait maternel à la fois au sein et au biberon ? A partir de quel âge peut-on envisager de remplacer une tétée ou deux par un biberon de lait maternel ?

Si l’on doit ou si l’on veut remplacer une ou deux tétées, en général il vaut mieux attendre que le bébé soit âgé de 5 ou 6 semaines et que la lactation soit bien lancée. Et mieux vaut éviter que ce qu’on donne à l’enfant (que ce soit du lait maternel tiré ou du lait industriel) le soit au biberon. En effet, un certain nombre de bébés vont développer, si on leur donne des biberons, une confusion sein/tétine ou plutôt ce qu’on appelle maintenant une préférence pour le biberon, et finir par se détourner du sein. A la place du biberon, on peut utiliser une tasse, une cuillère, une pipette ou encore une seringue à médicaments…

 

Future maman pour la seconde fois, pour le premier j’ai vécu le stress et le manque d’informations. Pour mon second enfant, je souhaite allaiter mais je n’ai toujours pas assez d’informations. Est-ce facile ? Ce qui m inquiète c’est de ne pas voir ce que bébé boira en quantité. Est-ce vraiment régulier comme le biberon ?

Pour avoir de l’information et du soutien, le mieux est de se rapprocher d’une association de soutien ・ l’allaitement (voir la liste ici). Effectivement, on ne voit pas ce que prend le bébé au sein, mais s’il semble satisfait et prend normalement du poids, on peut être assurée que tout va bien. Les tétées peuvent en effet être très rapprochées, notamment à certains moments de la journée. Il n’y a aucun écart à respecter entre deux tétées. Le mieux est de répondre à la demande du bébé sans regarder l’heure et de ranger montres et pendules au fond du placard !

 

Est-ce qu’allaiter fatigue ?

On le croit souvent. L’allaitement provoque en fait chez la mère un état de détente et de douce somnolence qu’on peut confondre avec de la fatigue. Alors que c’est tout le contraire : une séance gratuite de relaxation ! Et s’il était vrai que l’allaitement fatigue, son arrêt devrait logiquement diminuer cette fatigue. Une étude scientifique datée de 1998, et publiée dans le « Journal of Human Lactation », s’est justement intéressée à la fatigue chez des mères qui avaient accouché pour la première fois, pendant les neuf premières semaines du post-partum. Le niveau de fatigue était important juste après la naissance. Il culminait à 3 semaines puis, diminuait nettement entre 3 et 6 semaines. Ce qui est intéressant, c’est qu’il n’existait de ce point de vue aucune différence entre les mères qui avaient entre temps arrêté d’allaiter et celles qui allaitaient toujours.

 

Des mesures d’hygiène à adopter en particulier quand on allaite bébé ?

Il n’y a pas de mesures d’hygiène spécifiques à respecter quand on allaite, et notamment pas besoin de nettoyer ses seins avant et/ou après la tétée.


 

Voir Aussi

Problème de quantité ! Ma fille a 3 semaines, et je ne produis plus assez… A ma grande déception je vais devoir passer à l’allaitement mixte… Comment introduire doucement les biberons de lait maternisé ?

Peut-être pourrait-on essayer de savoir pourquoi il n’y a plus assez de lait ? Car physiologiquement, il n’y a pas de raison pour que le lait se tarisse soudain à 3 semaines. Si vous êtes vraiment très déçue de passer à l’allaitement mixte, vous serez sans doute intéressée de savoir comment faire pour remonter votre lactation, notamment en tirant le lait en plus des tétées. En ce qui concerne l’introduction des biberons de lait industriel, je rappelle que l’emploi du terme lait maternié est interdit par la loi – on parle de lait infantile ou de lait industriel – il n’y a pas vraiment de conseils spécifiques. S’il faut en donner ou si l’on veut en donner, on en donne, c’est tout ! Il n’y a pas de marque à privilégier, que ce soit de lait ou de biberon. On peut juste essayer de donner le biberon un peu comme on donne le sein. Mais il se peut aussi que le bébé refuse énergiquement le biberon, surtout si c’est la maman qui le donne…

 

Comment soigner les crevasses ?

Première chose : essayer d’éviter d’en avoir ! Dans l’immense majorité des cas, les crevasses sont dues au fait que le bébé n’a pas bien le sein en bouche. Si on a une crevasse, il faut impérativement trouver pourquoi afin de rectifier la position du nourrisson au sein. Et pour l’aider à cicatriser, le mieux est d’appliquer, qu’on appelle en dermatologie, un pansement humide. Il permet une cicatrisation sans croûte : soit avec de la lanoline purifiée, soit avec des compresses imbibées de colostrum ou de lait maternel, toutes choses non toxiques pour le bébé allaité.

 

Quels sont les aliments à ne pas manger lorsqu’on allaite ?

Nul besoin d’avoir une alimentation particulière quand on allaite. On a bien sûr intérêt à manger de façon variée et équilibrée, mais rien n’oblige à manger certains aliments ou à en éviter d’autres. Il arrive que le bébé puisse être dérangé par un aliment que sa mère a consommé, mais ces cas sont rares. Pas besoin non plus de se forcer à boire des grandes quantités d’eau. On boit à sa soif et c’est bon. Et évidemment on oublie les boissons alcoolisées.
J’ai déjà un petit garçon de 2 ans que je n’ai pas allaité. Actuellement enceinte de 4 mois d’un deuxième enfant, j’hésite à allaiter car j’ai peur de créer une différence avec le premier au niveau de la relation…
On peut comprendre qu’une maman s’inquiète de la jalousie éventuelle de l’aîné. Mais si jalousie il doit y avoir, ce n’est pas une fatalité ! Elle se produira qu’on allaite ou pas le nouveau bébé. Le fait d’allaiter ne l’augmentera pas. Et puis donner le sein permet d’avoir une main libre pour faire des choses avec le grand : le câliner, lui lire une histoire, faire un puzzle ! Créer une différence ? De toute façon, il y en aura une : on n’est jamais les mêmes parents avec un deuxième, parce que justement il y a eu un premier !

 

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire