Faut-il vacciner bébé contre le méningocoque C ?

En France, le sérogroupe C n’est pas si fréquent… pour l’instant ! Car tout près de chez nous, et notamment en Angleterre, la bactérie est en nette expansion. Ce qui n’est pas sans poser souci car cette forme de méningite est mortelle dans 10% des cas et peut aussi entraîner de lourdes séquelles. Le point sur cette vaccination non obligatoire.

 

Si, chez nous, l’incitation au vaccin est timide, en Angleterre, la situation épidémiologique inquiétante est à l’origine d’une campagne de vaccination de masse auprès des populations les plus à risque, ce qui a permis de réduire de 90% les infections à méningocoques C en moins d’un an et demi, selon le British Journal of Medicine.

Qu’est-ce que le méningocoque ?

C’est un germe qui peut être à l’origine de deux maladies graves : la méningite et la septicémie. L’une est une infection du liquide et de la paroi qui recouvre le cerveau et la moelle épinière, l’autre une infection du sang. Dans le pire des cas, le décès est parfois inévitable mais le risque de séquelles cérébrales importantes menace les enfants qui survivent aussi bien à une méningite qu’à une septicémie.

 

Comment est-on contaminé ?

Par la cohabitation avec des personnes infectées, par la salive (jouets portés à la bouche, partage d’un verre…). Quand un proche est atteint, toute sa famille et sa communauté de vie doit suivre un traitement antibiotique.

 

Quels symptômes repérer ?

La fièvre, la somnolence, l’abattement à la limite de l’inconscience, l’irritabilité, les pleurs ou l’agitation, les maux de tête, les vomissements, la raideur du cou, les douleurs au moment de bouger la tête ou le cou, les douleurs et les courbatures, les douleurs articulaires et les convulsions. Parfois une éruption cutanée (tâches rouges qui ne disparaissent pas quand on appuie dessus). Très vite, des complications apparaissent (coma, convulsions, problèmes respiratoires…)


Quels vaccins ?

En France, il existe trois vaccins : un conjugué contre le méningocoque de type C, un autre réunissant les sérogroupes A et C (à prescription encadrée) et un troisième (obligatoire pour se rendre dans certains pays) tétravalent contre les sérogroupes A, C, Y, W135. Une seule injection est nécessaire et ce vaccin est bien toléré.

 

Recommandé ou facultatif ?

Depuis 2010, la vaccination contre le méningocoque C est recommandée à tous les nourrissons à l’âge de 12 mois et remboursée à 65% par l’assurance maladie (co-administration possible avec la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole). Actuellement, la couverture vaccinale est encore insuffisante en France pour assurer une protection de la population contre cette attaque bactérienne extrêmement virulente et dangereuse. C’est pourquoi la vaccination a été étendue jusqu’à l’âge de 24 ans pour compenser l’absence de couverture suffisante dans les populations de la petite enfance.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire