Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » DĂ©pistage nĂ©onatal de la surditĂ© : pourquoi est-ce obligatoire maintenant ?

Dépistage néonatal de la surdité : pourquoi est-ce obligatoire maintenant ?

À l’occasion de la JournĂ©e Mondiale des Sourds et de la SurditĂ©, Neuf Mois fait le point sur le dĂ©pistage nĂ©onatal de la surditĂ©, obligatoire depuis avril 2012. Un test qui peut parfois induire des faux positifs dans les jours qui suivent la naissance, et donc un peu de frayeur pour les jeunes parents. Mais indispensable car beaucoup de parents sous-estiment la qualitĂ© auditive de leurs enfants (1) et, parfois, la prise en charge trop tardive occasionne des sĂ©quelles sur l’éveil de l’enfant et son apprentissage de la langue. Les explications du Dr Isabelle Rouillon, oto-rhinologue Ă  l’hĂŽpital Necker-Enfants Malades (Paris) pour savoir comment bien surveiller l’audition de bĂ©bĂ©.

Avoir mis en place un dĂ©pistage systĂ©matique sous-entend que la surditĂ© n’est pas un cas si rare ?

Les surditĂ©s sĂ©vĂšres ou profondes concernent 1 enfant sur 1000 Ă  la naissance et 1 enfant sur 750 suite Ă  une pathologie de l’oreille. Le dĂ©pistage nĂ©onatal est proposĂ© parce que le diagnostic des surditĂ©s bilatĂ©rales moyennes Ă  profondes doit ĂȘtre fait dans les quatre ou cinq premiers mois. On dĂ©piste 50% de surditĂ©s moyennes, 30% de profondes et 20% de sĂ©vĂšres : informer vite les parents sur les outils de communication Ă  mettre en place avec leur enfant est indispensable. Une intervention prĂ©coce permet d’obtenir une rĂ©habilitation auditive optimale afin de permettre le dĂ©veloppement d’un langage, oral ou langue des signes ou encore « bilingue » dĂšs le plus jeune Ăąge.

Qu’est-ce que le dĂ©pistage systĂ©matique va changer en termes de diagnostic et de traitement ?

Avant l’obligation du dĂ©pistage nĂ©onatal, le diagnostic des surditĂ©s profondes Ă©tait posĂ© vers 16 mois et vers 29 mois pour les surditĂ©s sĂ©vĂšres. GrĂące au dĂ©pistage nĂ©onatal systĂ©matique, l’ñge au diagnostic est de 3,9 mois, l’ñge Ă  l’appareillage 9,3 mois alors qu’il Ă©tait Ă  19,3 mois sans dĂ©pistage (2).

Le dĂ©pistage nĂ©onatal induit parfois des faux positifs : pourquoi ne pas attendre l’ñge de 3 mois ?

En France, le dĂ©pistage systĂ©matique hors maternité  semble irrĂ©alisable. L’étude menĂ©e en Picardie par le Dr Kolski (3) le confirme : 96% des enfants ont Ă©tĂ© dĂ©pistĂ©s en maternitĂ© alors que 36% des familles ne se sont pas prĂ©sentĂ©es au dĂ©pistage hors maternitĂ© organisĂ© Ă  2 mois. Cette Ă©tude rĂ©alisĂ©e Ă  petite Ă©chelle avec un suivi Ă©troit des perdus de vue laisse prĂ©sager une proportion plus importante encore Ă  l’échelle nationale. À savoir, le dĂ©pistage en maternitĂ© a Ă©tĂ© choisi par la plupart des pays car il permet de dĂ©pister 98 Ă  99% des nouveau-nĂ©s malentendants.


Qu’est-ce que ce dĂ©pistage prĂ©coce change rĂ©ellement pour l’enfant ?

L’absence d’audition pendant les deux premiĂšres annĂ©es de vie a des rĂ©percussions irrĂ©versibles sur l’acquisition du langage car, Ă  ce stade, les possibilitĂ©s de plasticitĂ© cĂ©rĂ©brale et d’apprentissage dĂ©croissent puis disparaissent. Le bĂ©nĂ©fice de l’appareillage prĂ©coce et de l’implantation cochlĂ©aire prĂ©coce sur le dĂ©veloppement du langage, sur l’intelligibilitĂ© de la parole, sur l’intĂ©gration scolaire en milieu entendant ne fait plus dĂ©bat : c’est Ă©tabli ! Il existe aussi un bĂ©nĂ©fice sur la sociabilitĂ© et les capacitĂ©s de communication non verbales de l’enfant. À terme, cela signifie une meilleure intĂ©gration professionnelle Ă  l’ñge adulte. Et il ne faut pas oublier qu’un enfant dĂ©pistĂ© bĂ©nĂ©ficie d’un suivi mĂ©dical exploratoire intense pour Ă©tablir les causes de sa surditĂ©, ce qui permet un traitement prĂ©coce de pathologies qui seraient passĂ©es autrement inaperçues pendant un certain temps.

En l’absence d’origine hĂ©rĂ©ditaire, pourquoi la surdité ?

Si les cas de surditĂ© profondes sont relativement rares, en revanche les facteurs dĂ©clenchants sont nombreux : prĂ©maturitĂ©, anoxie nĂ©onatale, c’est-Ă -dire arrĂȘt des fonctions cardio-respiratoires Ă  la naissance, privant le cerveau de l’irrigation sanguine nĂ©cessaire, hyper bilirubinĂ©mie (ndlr, jaunisse grave du nourrisson), dĂ©veloppement de certaines pathologies pendant la grossesse comme la rubĂ©ole, la syphilis, l’herpĂšs, la toxoplasmose, les infections Ă  cytomĂ©galovirus. Ou encore les traitements mĂ©dicamenteux toxiques pour l’oreille, la mĂ©ningite ou l’encĂ©phalite, certains syndromes associĂ©s avec surditĂ©, les malformations cranio-faciales


1 – L’étude IPSOS « La perception par les parents de la perte auditive des enfants en France », janvier 2016

2 – Etude Trousseau 2011.


3- Cemka Eval. Evaluation du programme expérimental de dépistage de la surdité en maternité. Suivi à 2 ans des enfants sourds. Comité de suivi du 14 janvier 2010.


À lire absolument