Une césarienne en urgence vitale qui a sauvé mon bébé

Bonjour les futures maman ! Je suis Emilie et je viens vous raconter mon histoire… Mon accouchement s’est passé le 9 janvier 2015, le jour du terme prévu. Les contractions commencent à une heure du matin et pendant deux heures je patiente pour voir si c’est LE bon moment ! Seulement, bien que les contractions soient rapprochées, elles arrivent à un rythme erratique… Nous allons donc à la maternité avec mon compagnon.

Prise en charge directement, je ne rentre pas chez moi malgré le rythme étrange de mes contractions, les risques d’éclampsie étant trop élevés. À 7 heures du matin, on prend la décision de rompre la poche des eaux : le travail avançait mais cette dernière restait quasiment intacte. Ouverture du col à seulement deux doigts, les contractions s’intensifient et commencent à se régulariser.

Une césarienne en urgence qui a sauvé mon bébé

À 10 heures du matin je demande la péridurale, les contractions ayant atteint leur apogée bien que mon col s’ouvre péniblement à 3 doigts. Le personnel soignant ne comprend pas vraiment ce qu’il se passe, mais comme bébé va bien, nous procédons à la pose de l’anesthésiant.

Arrivée à 13heures, mon col est seulement ouvert à 6 doigts. Mais comme bébé commence à faiblir, la sage-femme m’avertit qu’il ne vaut mieux pas prendre de risque, et nous tombons alors rapidement d’accord sur la césarienne en urgence. Par chance, ça a été la gynécologue qui a suivi ma grossesse depuis le milieu qui a pris en charge ma césarienne.

À l’ouverture de mon ventre, je l’entends s’exclamer qu’en effet, il était absolument impossible pour mon fils de sortir par voie basse. Il pèse 4,240kg et est positionné en OS (occipito-sacré) : le visage levé vers le ciel alors que les bébés naissent normalement en regardant le sol.

Un bébé bien trop mal placé

En plus de ça s’ajoute une circulaire fermée par un nœud (le cordon autour du cou), et une latérocidence du cordon : le cordon ombilical qui s’est coincé entre la paroi de l’utérus et l’épaule du bébé). Le col ne pouvait pas s’ouvrir du fait que bébé était coincé, et la décision de la césarienne était vraiment vitale pour nous deux.


Ma césarienne en urgence s’est parfaitement déroulée, et à part quelques petites douleurs occasionnelles au bas-ventre mais supportables, je l’ai très bien vécue. Et je me rends compte de la chance que j’ai eu d’avoir une équipe soignante au top, qui nous tenait au courant de l’évolution de mon accouchement au moindre changement. Si c’était à refaire, je ne changerais absolument rien à cette journée !

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire