Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Rhésus : quels sont les risques en cas d’incompatibilité ?

  • Qu’est-ce qu’un rhésus ?
  • Qu’est-ce que l’incompatibilité rhésus ?
  • Incompatibilité de groupes sanguins, quand est-ce que ça arrive ?
  • Quel risque à la deuxième grossesse si il y a incompatibilité ? 
  • Que faire en cas de risque d’incompatibilité ?
  • Il existe le test de COOMBS pour étudier ce problème, quel est le principe et à quoi ça sert pour la santé de bébé et de la maman ?
  • Une nouvelle méthode pour mieux cibler les risques
rhésus-neuf mois

Ce risque ne concerne que peu de femmes enceintes, soit moins de 15%. Quand la maman est rhésus négatif et que le papa est positif, il y a risque que des globules rouges du bébé passent dans la circulation sanguine de la maman au moment de l’accouchement, ou d’une fausse couche voire d’une IVG. Mais ce risque est aujourd’hui bien encadré. Les explications du Pr Léon Boubli, chef de service au Pôle Femme Enfant de l’hôpital Nord de Marseille.

Qu’est-ce qu’un rhésus ?

C’est une particularité génétique. Le rhésus + indique que nos globules rouges portent à leur surface une molécule baptisée rhésus. Le – désigne une personne dont les globules rouges ne portent pas à leur surface cette molécule.

Qu’est-ce que l’incompatibilité rhésus ?

Quand la future maman rhésus négatif attend un bébé d’un homme qui est, lui, positif, le bébé à naître sera également positif. Pas de souci en principe pour une première grossesse puisque l’organisme de la future maman n’a pas été en contact avec le facteur positif. En revanche, il est possible qu’au moment de l’accouchement (ou d’une IVG, d’une amniocentèse…), des globules rouges du fœtus rhésus + passent dans la circulation sanguine de la maman dont l’organisme fabriquera aussitôt des anticorps (les fameuses agglutinines irrégulières qui sont recherchées au cours des examens sanguins de la grossesse au premier trimestre, au 6e, 8e et 9e mois).

Incompatibilité de groupes sanguins, quand est-ce que ça arrive ?

Celle-ci ne peut se produire que lorsque la mère est de groupe O et que le bébé est de groupe A ou B. On ne la découvre qu’à la naissance. Après l’accouchement, une partie du sang de la mère peut se mélanger à celui du bébé. Les anticorps contenus dans le sang maternel peuvent alors détruire les hématies du bébé. Ce phénomène entraîne une production anormale d’une enzyme appelée bilirubine qui se manifeste par une jaunisse précoce chez le bébé. La plupart des formes d’ictère liées à une incompatibilité de groupes sanguins sont mineures. Le test de COOMBS est parfois utilisé pour détecter cette anomalie. A partir de prélèvements sanguins, il permet d’observer si les anticorps de la mère se fixent sur les globules rouges du bébé pour les détruire.

Quel risque à la deuxième grossesse si il y a incompatibilité ?

Au second bébé positif, il y a donc risque d’incompatibilité. Les anticorps maternels risquent d’attaquer les globules rouges du fœtus (risque d’anémie sévère, d’œdème, de lésions cérébrales…). A noter, si la mère est rhésus + et le père négatif, il n’y a pas de risques d’incompatibilité. Par principe de précaution, il vaut mieux vérifier dès l’annonce de la première grossesse que l’on n’est pas déjà porteuse d’agglutinines irrégulières qui auraient pu se développer à l’occasion d’une IVG ou d’une fausse couche.

Que faire en cas de risque d’incompatibilité ?

Aujourd’hui, cette particularité est bien encadrée. En principe, lorsque la maman est rhésus – et le papa positif, la maman reçoit le jour de l’accouchement, après la délivrance, une injection de sérum anti-rhésus. Ces anticorps vont détruire les quelques globules rouges du bébé qui ont pu passer dans la circulation sanguine de la maman. Cela va permettre d’éviter que l’organisme de la maman fabrique ces propres anticorps. En effet, ces deniers pourraient faire des dégâts lors d’une prochaine grossesse. Aucun risque avec les anticorps injectés. Ils s’élimineront d’eux-mêmes en moins d’un mois de la circulation sanguine de la jeune accouchée. A la grossesse suivante, il n’y aura donc pas d’anticorps anti rhésus (agglutinine irrégulière) dans le sang de la mère. Le prochain fœtus ne risquera donc pas de voir ses globules rouges attaquées par des anticorps maternels.

Quelle prévention en cas de Rhésus négatif ?

Lorsqu’une future maman a un rhésus négatif, il faut prévenir le risque d’allo immunisation avec l’injection d’une dose unique d’immunoglobulines humaines anti D vers  27 semaines d’aménorrhée. L’injection est le plus souvent réalisée par voie intramusculaire.

Il existe le test de COOMBS pour étudier ce problème, quel est le principe et à quoi ça sert pour la santé de bébé et de la maman ?

C’est un test sanguin, destiné à diagnostiquer la maladie hémolytique du nouveau-né. Le test de COOMBS direct n’est pas spécifique, c’est-à-dire qu’un résultat positif affirme la présence d’agglutinines irrégulières (anticorps dirigés contre les globules rouges, présents à l’état naturel ou plus souvent à la suite de l’introduction d’un antigène étranger) à la surface des hématies, mais ne donne aucune indication sur leur origine. Le Coombs direct est un test globulaire, mettant en évidence la fixation des Ac maternels sur les globules rouges de l’enfant. Ce test se fait en un seul temps, d’où son nom de COOMBS direct.

Le Coombs indirect est un test sérique, mettant en évidence des Ac contenus dans le sérum maternel. Ce test se fait en deux temps, d’où son nom de COOMBS indirect.


Une nouvelle méthode pour mieux cibler les risques

Mais depuis quelques temps, certaines maternités, dont celle de l’hôpital Nord de Marseille, ont développé une mesure de prévention efficace. Cette dernière évite de faire cette injection de sérum anti-rhésus aux mamans dont le fœtus n’est pas rhésus +. Dès lors, lorsque la future maman présente un rhésus négatif, son médecin lui prescrit une prise de sang. Elle est à réaliser conjointement au dépistage de la trisomie 21 à 12 semaines de grossesse. Cet examen médical permet de connaître le rhésus du fœtus sous 7 jours. Et l’injection anti-rhésus ne sera donc réalisée à l’accouchement que si l’examen sanguin indique que le bébé à naître est positif.

Source :

Ameli.fr

 

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire