Neufmois.fr » Ma Grossesse » Enceinte : le test O’Sullivan est-il obligatoire ?

Enceinte : le test O’Sullivan est-il obligatoire ?

Traditionnellement proposĂ© Ă  toutes les femmes enceintes au 6e mois de grossesse, le test O’Sullivan, qui est un test de contrĂŽle de glycĂ©mie, n’est pas obligatoire mais recommandĂ© par le CollĂšge National des GynĂ©cologues-ObstĂ©triciens Français dans des situations particuliĂšres. Neuf Mois fait le point sur son intĂ©rĂȘt, avec le Pr Jacques Lansac, professeur honoraire de GynĂ©cologie-ObstĂ©trique, Ă  Tours (37).

Le test O’Sullivan, qu’est-ce que c’est ?

La plupart des futures mamans continuent d’appeler O’Sullivan ce test qui consiste Ă  avaler une grande quantitĂ© de sucre et Ă  mesurer la glycĂ©mie mais, en fait, le dĂ©pistage du diabĂšte gestationnel consiste aujourd’hui en un test d’hyperglycĂ©mie provoquĂ©e par voie orale (HGPO) qui existait dĂ©jĂ  du temps de O’Sullivan mais n’était effectuĂ© que lorsque le premier test s’avĂ©rait positif. Aujourd’hui, on saute directement Ă  l’étape HGPO, une peu plus poussĂ©e au niveau dosage sanguin, c’est toujours ça de gagnĂ©.

Le test O’Sullivan, pas obligatoire !

Il est en revanche fortement recommandĂ© par le CollĂšge National des GynĂ©cologues-ObstĂ©triciens Français, surtout si la future maman est en surpoids, si elle a des antĂ©cĂ©dents familiaux de diabĂšte, si elle a eu un premier enfant de plus de 4 kg ou un bĂ©bĂ© mort in utero. Oui, ça n’est pas joyeux
 Mais le but, c’est justement d’éviter des problĂšmes supplĂ©mentaires. En cas de facteurs de risques avĂ©rĂ©s, la sage-femme ou le mĂ©decin peut prescrire un dosage sanguin dĂšs le premier trimestre pour dĂ©pister un Ă©ventuel diabĂšte gestationnel. Sinon, le test est pratiquĂ© vers 24 SA.

En quoi consiste ce teste de contrÎle de glycémie pendant la grossesse ?

On commence par une prise de sang Ă  jeun Ă  H0, ensuite on boit une prĂ©paration Ă  base de glucose et on attend patiemment une seconde prise de sang Ă  H1 puis une troisiĂšme prise de sang Ă  H2. Tout ça sans sortir du laboratoire : on comprend que la contrainte n’incite pas les futures mamans Ă  se plier Ă  ce test, pourtant recommandé ! Vive Candy Crush pour passer le temps !

Comment lire le test O’Sullivan ?

Si le test atteint 0,92 g de sucre par litre de sang au stade H0, 1,80 g/l de sang Ă  H1 et 1,53 g/l de sang Ă  H2, c’est un diabĂšte gestationnel qui affecte autant le bĂ©bĂ© que la future maman. Principale sĂ©quelle pour le fƓtus, prendre trop de poids et ne pas pouvoir sortir naturellement par voie basse. Qui plus est, ce surpoids, bĂ©bĂ© peut le stocker Ă  des endroits dangereux, au risque de malformations ou de dĂ©cĂšs in utero. La future maman n’est pas oubliĂ©e, car des risques d’hypertension artĂ©rielle, des problĂšmes rĂ©naux et quelques complications plus graves sont possibles en fin de grossesse si le diabĂšte n’est pas Ă©quilibrĂ©.

Le diabÚte gestationnel est-il irréversible pendant la grossesse ?

Non, le diabĂšte de la femme enceinte n’ayant jamais eu d’antĂ©cĂ©dents de diabĂšte avant sa grossesse n’est pas un diabĂšte pĂ©renne. Il disparaĂźt aprĂšs la grossesse. Mais risque de rĂ©apparaĂźtre Ă  la seconde grossesse et aux grossesses suivantes. Si le diabĂšte gestationnel ne touche que 6% des femmes enceintes Ă  la premiĂšre grossesse, il peut concerner 20% des femmes ayant vĂ©cu plusieurs grossesses. Dans ce cas, une surveillance s’impose aprĂšs bĂ©bĂ©, car l’apparition d’un diabĂšte gestationnel montre un dysfonctionnement du pancrĂ©as qui peut provoquer quelques annĂ©es plus tard l’apparition d’un « vrai » diabĂšte. Etre dĂ©pistĂ©e tĂŽt, c’est Ă  dire pendant la grossesse, est donc une chance, puisque le traitement, ainsi que les rĂšgles de diĂ©tĂ©tique qu’impose le diabĂšte gestationnel, si elles sont poursuivies aprĂšs la grossesse, permettent d’Ă©viter le dĂ©veloppement d’un diabĂšte de type 2 plus tard.

Quel traitement pour gérer le diabÚte gestationnel ?

Essentiellement un rĂ©gime alimentaire, pauvre en sucre et en graisses animales et un petit programme d’exercice physique. Le suivi est en gĂ©nĂ©ral assurĂ© par un diabĂ©tologue, en plus du suivi par un gynĂ©cologue. Une surveillance mĂ©dicale est prĂ©conisĂ©e toutes les deux semaines, avec contrĂŽle du poids et du bon dĂ©roulement de la grossesse. Parfois, mais c’est assez rare, des injections d’insuline seront nĂ©cessaires. Un peu contraignant Ă  gĂ©rer pendant la grossesse, le diabĂšte gestationnel, bien traitĂ© et bien Ă©quilibrĂ©, reste une complication relativement bĂ©nigne de la grossesse.

 

À lire absolument