Devoir faire le deuil d’un parent pendant sa grossesse

Coucou ! Moi c’est Sophie, auteur du blog « Maman&Pipelette »… Il y a dans la vie des jours et des heures qu’on n’oublie pas…  Des moments de bonheur ou malheureusement beaucoup plus tristes. Pour ma part, j’en ai eu plusieurs des moment de joie et de tristesse.

Faire face au deuil pendant une grossesse

C’est ce qui nous est arrivé alors que j’étais enceinte de 7 mois de Stitch. On dormait paisiblement lorsque le téléphone a sonné à 5h40. J’ai regardé par réflexe le réveil, mon mari a vite décroché et dès qu’il a prononcé quelques mots j’ai compris qu’un drame venait de se produire, son papa venait de mourir à l’hôpital où il était rentré la veille pour des examens.

On nous a demandé de venir le plus rapidement possible pour récupérer ses affaires avant qu’il ne soit transféré à la morgue. Au début mon mari ne voulait pas que je vienne et oui avec ma grossesse il trouvait que ce n’était pas ma place, mais je ne pouvais pas le laisser affronter cela tout seul.

On est arrivé à l’hôpital à 6h, on a été accueilli par les soignants, moi avec mon gros ventre on m’a demandé si j’allais bien, mais j’étais complètement perdue. Mon mari a tout pris en charge et je l’ai vu rentrer dans la chambre de son papa pour récupérer ses affaires, alors qu’il était encore dedans. Je garde toujours cette image en tête lorsque je pense à ce drame. Mon mari a été fort, même trop fort, il n’a pas versé une larme alors que moi je n’arrêtais pas….

Devoir rester fort

Ensuite on s’est dirigé chez sa maman on a préféré ne pas lui annoncer au téléphone, être là lorsqu’elle apprendrait cette terrible nouvelle et lui laisser encore quelques minutes de répit parce que tout allait changer dans sa vie.

Ça a été un moment juste horrible, j’ai vite téléphoné à mes parents, puis ils sont venus. Heureusement qu’ils étaient là sinon on était seul, perdu tous les trois, mon mari a tout pris en mains et a tout géré, ma belle-mère n’y arrivait pas. Je me faisais beaucoup de soucis pour lui parce qu’il n’a pas pu souffler de toute la journée entre le téléphone pour annoncer aux proches que son papa était mort, les pompes funèbres, etc…

Heureusement mon bébé bougeait beaucoup

On ne pense qu’à la mort toute la journée au drame qui peut arriver à tout moment, nous toucher alors qu’on ne s’y attend pas, j’avais peur pour mon bébé. Je n’étais pas tranquille puis ma belle-mère n’arrêtait pas de me demander comment j’allais, comment se portait le bébé et se mettait à pleurer en réalisant que son mari ne connaîtrait jamais son petit-fils. C’est ça qui a été le plus terrible, il se faisait une joie d’être grand-père… alors que dans seulement 2 mois seulement il serait là.

J’avais l’impression de n’être plus maître de mon corps, comme si je regardais cela de loin. Je me faisais beaucoup de soucis pour mon mari, je le voyais tourner chercher les papiers..? L’air complètement perdu, je ne pense pas qu’à ce moment il réalisait ce qu’il se passait…

Cette journée m’a paru durer des siècles, elle ne se terminait plus

J’ai pu me rendre à l’église pour l’enterrement il a eu une très jolie messe, toute sa famille était présente, tout le monde me touchait le ventre (cela aurait été à un autre moment, j’aurais hurlé qu’on me touche comme ça), je n’ai pas pu aller au cimetière pour moi c’était trop… du coup ma petite sœur est restée près de moi…


Même si avec mon beau-père ce n’était pas toujours rose, on a toujours été très proches. Quand j’allais dormir chez mes beaux-parents quand j’avais 17/18 ans avant d’avoir notre appartement, il venait discuter avec moi, il faisait également des petits plats dont lui seul avait le secret il faisait les pan bagnat comme personne, on rigolait bien puis il était Monsieur blague aussi, (dont celle de Lourdes que l’on n’oubliera jamais). Ce que je regrette le plus c’est que je n’ai pas été le voir plus souvent lorsqu’il a été bien malade…

Mais j’aime croire que mes garçons ont une étoile, un ange gardien qui veille sur eux…

 

http://mamanpipelette.fr/

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire