Neufmois.fr » Ma Grossesse » Interruption volontaire de grossesse : les rĂšgles Ă  connaĂźtre

Interruption volontaire de grossesse : les rÚgles à connaßtre

Aucune femme ne s’y rĂ©sout vraiment de bon cƓur mais parfois, quand la poursuite de la grossesse semble impossible, il faut prendre cette dĂ©cision. Et autant connaĂźtre le cadre lĂ©gal de l’intervention volontaire de grossesse.

Un délai trÚs court

Le dĂ©lai pour effectuer une IVG dĂ©pend de chaque pays. En France, l’interruption volontaire de grossesse peut ĂȘtre rĂ©alisĂ©e jusqu’à la fin de la 14e semaine de d’amĂ©norrhĂ©e (depuis les derniĂšres rĂšgles), ce qui correspond Ă  la fin de la douziĂšme semaine de conception. Le dĂ©lai est court, donc, dĂšs la dĂ©cision prise il faut consulter sans tarder son mĂ©decin gĂ©nĂ©raliste, un gynĂ©cologue ou une sage-femme qui, outre les informations indispensables sur la procĂ©dure vous dĂ©livreront aussi une attestation de consultation.

Depuis la rĂ©forme de 2016, le dĂ©lai de rĂ©flexion de sept jours a Ă©tĂ© supprimĂ©, nĂ©anmoins le praticien vous proposera un entretien avec un psychologue, facultatif si vous ĂȘtes majeure mais obligatoire pour les jeunes femmes enceintes. A savoir si vous ĂȘtes encore mineures, vous n’avez pas besoin de l’autorisation de vos parents pour dĂ©cider d’avorter mais vous devrez ĂȘtre accompagnĂ©e dans votre dĂ©marche, et lors de l’intervention, par un rĂ©fĂ©rent adulte de votre choix.

Médicamenteuse ou instrumentale, peut-on choisir ?

Si l’intervention est programmĂ©e avant la fin de la 7e semaines aprĂšs les derniĂšres rĂšgles (fin de la 5e semaine de conception), l’IVG peut ĂȘtre mĂ©dicamenteuse ou chirurgicale. AprĂšs cette date butoir et jusqu’au terme du dĂ©lai autorisĂ© (ndlr, 14e semaine aprĂšs le dĂ©but des derniĂšres rĂšgles), l’IVG ne sera qu’instrumentale. La dĂ©cision de la mĂ©thode est prise par le professionnel de santĂ© au cas par cas : en effet, certaines situations peuvent ĂȘtre contre-indiquĂ©es pour une IVG mĂ©dicamenteuse, l’obĂ©sitĂ© notamment.


Une fois votre demande confirmĂ©e, vous devrez signer un consentement auprĂšs du gynĂ©cologue-obstĂ©tricien (ou de la sage-femme en cas d’IVG mĂ©dicamenteuse puisque cette profession de santĂ© est aujourd’hui autorisĂ©e Ă  pratiquer les IVG mĂ©dicamenteuses) qui interviendra. Une fois le consentement signĂ©, des dates de rendez-vous vous seront proposĂ©es pour l’intervention.

Comment se passe l’IVG mĂ©dicamenteuse ?

Cette mĂ©thode peut ĂȘtre pratiquĂ©e Ă  l’hĂŽpital ou en clinique ou dans un centre de planification familiale, mais aussi au cabinet du mĂ©decin s’il a signĂ© une convention spĂ©cifique avec un Ă©tablissement de santĂ©. Parfois, sous certaines conditions, l’IVG mĂ©dicamenteuse peut ĂȘtre pratiquĂ©e chez soi.

L’IVG se passe en deux temps : un premier mĂ©dicament est pris par voie buccale en prĂ©sence du mĂ©decin ou de la sage-femme. Ce mĂ©dicament a pour effet de bloquer l’action de la progestĂ©rone, hormone nĂ©cessaire au maintien de la grossesse. Ensuite, vous prendrez un second mĂ©dicament, lors d’une nouvelle consultation (ou Ă  la maison) 36 Ă  48 heures aprĂšs l’ingestion du premier mĂ©dicament, afin de provoquer l’expulsion de l’Ɠuf.

Comment se passe l’IVG instrumentale ?

Tout d’abord, la consultation d’anesthĂ©sie est obligatoire. Cette anesthĂ©sie peut ĂȘtre locale ou gĂ©nĂ©rale. L’obstĂ©tricien intervient ensuite pour aspirer l’Ɠuf et vĂ©rifier qu’il ne reste aucun dĂ©bris. Vous serez hospitalisĂ©e juste quelques heures.


Et aprÚs ?

Trois semaines au plus tard aprĂšs l’IVG, une consultation de contrĂŽle est obligatoire afin de vĂ©rifier que l’Ɠuf a bien Ă©tĂ© expulsĂ© dans sa totalitĂ© ainsi que le placenta et pour envisager une contraception efficace, afin d’éviter le renouvellement de cette intervention d’urgence, toujours un peu traumatisante.


À lire absolument