Quelle position pour accoucher le plus sereinement possible ?

Enfin fini la position allongée, les pieds dans les étriers ? N’exagérons rien. Mais des aménagements de peine existent pour un accouchement un peu zen ! Les conseils du Dr Bernadette De Gasquet, médecin et professeur de yoga.

Décidez de la position pour accoucher qui vous convient !

Ben oui, même le plus macho des gynéco n’osera plus nous dire les yeux dans les yeux qu’accoucher coincée sur le dos et les pieds dans les étriers, c’est la manière la plus naturelle de mettre bébé au monde. C’est plus confortable pour lui (ou elle !) mais pas du tout pour nous ! Et si ça ne tenait qu’à ça ! En fait, la physiologie de l’accouchement exige de la souplesse et une adaptation à la morphologie de la future maman et à la position de l’enfant. Les maternités sont de plus en plus nombreuses à encourager la mobilité pendant le travail. La vôtre ne veut rien entendre ? Ne cédez pas, on ne va pas de toute façon vous menotter sur la table d’accouchement pendant le travail.

Argumentez !

Si besoin est, voilà une petite antisèche pour clouer le bec à l’éventuel détracteur qui défendrait la « position gynécologique » pendant la dilatation et l’expulsion.
Primo, le débit sanguin dans l’utérus n’est pas à son maximum alors que bébé a justement besoin de tout l’oxygène qui peut être mobilisé pour l’aider à venir au monde. Secondo : coincée à plat sur la table, on est dans l’incapacité de respirer profondément afin de mieux accompagner les contractions. Résultat, c’est nous qui dégustons, merci ! Tertio : la loi de la pesanteur, depuis Newton, c’est un concept acquis or, dans cette position, bébé n’est pas poussé naturellement vers la sortie et il doit ramer à contre courant, ce qui l’épuise et rend la naissance compliquée. Au point de luxer le coccyx, dans certains cas…  Bref, tous les éléments sont réunis pour exiger le recours aux forceps (raison pour laquelle cette position a été instituée !) et l’épisiotomie (idem !).


Ecoutez votre corps et adoptez la position qui vous semble la plus adaptée

Si certains gynécos de la vieille école restent campés sur leurs positions, on est, nous, plus large d’esprit ! Certes, on n’est pas fan de la position gynécologique. Mais on n’est pas obtuse, non plus ! Parfois, quand le bébé est « porté bas », la position allongée peut être plus confortable pendant le travail. En revanche, s’il est « porté haut », les positions verticales ou accroupies nous sembleront sans doute plus confortables pendant la dilatation.  Il n’y a pas de règles strictes, pas plus qu’il n’y a de position unique pendant un accouchement. Bébé a parfois besoin de s’y prendre à plusieurs reprises « pour faire son créneau », comme le dit si joliment le Dr de Gasquet ! La position qui diminue le plus la pression sur le périnée, qui augmente la contraction des muscles abdominaux et donne à bébé le meilleur axe pour s’engager dans le bassin est la meilleure. Quelle qu’elle soit ! En cas de péridurale, les choses se corsent car les maternités ne sont pas encore toutes équipées d’appareils ambulatoires (sans fil). Si c’est le cas, il reste toujours la possibilité de changer de position sur la table d’accouchement à l’aide de coussins. Et en cas d’urgence médicale, si la position gynécologique s’impose, évidemment que l’on va cesser de faire le poirier…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire