Actu : Et si c’était la fin de l’amniocentèse ?

Une étape vient d’être franchie concernant l’amélioration des méthodes de détection de la trisomie 21 chez les femmes enceintes.
Les nouveaux tests ADN fœtaux réalisés par simple prélèvement sanguin viennent d’être approuvés par le Comité consultatif national d’Éthique (CCNE)

Pour l'instant on ne peut pas affirmer encore  que cette nouvelle méthode remplace totalement le caryotype présent dans le liquide amniotique. Cependant,  ce nouveau test « correspond à une amélioration technique du dépistage » car il relève d'une « plus grande facilité » et possède « moins d'effets secondaires » déclare le CCNE. De plus il est ultra-précoce, ce qui permet d'interrompre une grossesse dans les délais de l'IVG.

Notons que cette nouvelle technique, plus coûteuse, environ 1.500 euros contre 500 pour une amniocentèse, est déjà utilisée dans plusieurs pays d'Europe, comme l'Allemagne,  le Liechtenstein,  l'Autriche et la Suisse.
Ces tests doivent encore passer par l'accord des autorités sanitaires. Aujourd'hui, le dépistage précoce de la trisomie 21 par biopsie ou amniocentèse concerne près de la moitié des femmes enceintes en France. Il faut savoir que ces nouveaux tests représentent pour les laboratoires pharmaceutiques un marché estimé à 1 milliard d'euros. Même si ces tests ne sont pas encore totalement validés par les autorités françaises, certains hôpitaux, comme l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine- seine, proposent déjà la prise de sang aux futures mamans. La fin de l’amniocentèse est proche…
 


© WIDMANN PETER/TPH/SIPA

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire