Curetage

Qu’est-ce que le curetage ?

Le curetage est pratiquĂ© dans le but de retirer le contenu de la cavitĂ© de l’utĂ©rus. Il peut ĂȘtre rĂ©alisĂ© suite Ă  une tumeur utĂ©rine diagnostiquĂ©e, Ă  un accouchement ou Ă  une fausse couche, afin d’éviter toute infection. C’est Ă  l’aide d’un instrument en forme de cuillĂšre appelĂ© curette que le mĂ©decin procĂšde Ă  un curetage.

Quand le curetage est-il nécessaire ?

Le curetage est nĂ©cessaire lorsque la grossesse n’est pas menĂ©e jusqu’à son terme et que la totalitĂ© du contenu de l’utĂ©rus n’est pas expulsĂ©e par les voies naturelles. Le risque de complications post-opĂ©ratoires est extrĂȘmement faible. Vous pouvez malgrĂ© tout rencontrer quelques douleurs aprĂšs le curetage qui peuvent Ă©galement se traduire par des saignements dans les heures qui suivent l’intervention (qui ressemblent aux douleurs menstruelles). Si vos douleurs deviennent intenses ou vos saignements abondants, allez revoir votre gynĂ©cologue. Si vous voulez essayer d’ĂȘtre Ă  nouveau enceinte, comptez une pĂ©riode d’attente de deux cycles, afin de laisser le temps Ă  votre utĂ©rus de se reconstituer.

En savoir plus sur le curetage

Autrefois, le curetage Ă©tait rĂ©alisĂ© Ă  l’aide d’une sorte de cuillĂšre Ă  long manche, munie d’une lame recourbĂ©e, qui permettait d’accĂ©der Ă  l’utĂ©rus et d’en gratter les parois. Aujourd’hui, le curetage se fait sous anesthĂ©sie locale ou gĂ©nĂ©rale. L’opĂ©ration est pratiquĂ©e par un mĂ©decin gynĂ©cologue et dure environ 30 minutes. A savoir aussi qu’aujourd’hui, le curetage se pratique principalement avec un systĂšme d’aspiration (qui ne provoque ni lĂ©sions ni sĂ©quelles de la muqueuse utĂ©rine), grĂące Ă  une canule et le gynĂ©cologue n’utilise la curette (cuillĂšre Ă  long manche) qu’à la fin de l’opĂ©ration. Il utilise cette derniĂšre afin de frotter lĂ©gĂšrement les parois utĂ©rines et vĂ©rifier que l’utĂ©rus est bien vide de tout son contenu.

Un peu de lecture sur le curetage

Muqueuse utérine


Fausse couche : quels sont les signes qui l’annoncent ?


À lire absolument