Neufmois.fr » La CommunautĂ© » Et si on offrait aux hommes l’occasion de devenir pĂšre ?

Et si on offrait aux hommes l’occasion de devenir pùre ?

C‘est avec beaucoup d’humour qu’Olivier du blog « Je suis Papa » nous dresse un tableau de la place du pĂšre dans notre sociĂ©tĂ©. À lire impĂ©rativement!

Et si on offrait aux hommes l’occasion de devenir pùre ?

Avec la rĂ©forme du congĂ© parental, et les happening de papas dans les grues, la question de la place du pĂšre a une nouvelle fois agitĂ© les repas de famille et les dĂ©bats mĂ©diatiques, dans un capharnaĂŒm assourdissant. Les uns fustigeant des pĂšres incapables de prendre leurs responsabilitĂ©s pendant que les autres rĂ©clament Ă  cor et Ă  cri l’occasion de saisir enfin leur nouvelle condition Ă  bras-le-corps.

Le tout sur fond de blagues potaches un brin vaseuses, Ă©videmment. Parce qu’honnĂȘtement, la vanne du pĂšre vautrĂ© sur son canapĂ©, une biĂšre dans une main et une tĂ©lĂ©commande dans l’autre, ne fait plus rire personne depuis longtemps, tant le clichĂ© est Ă©culĂ©. Pas plus que celle de la blonde dĂ©cĂ©rĂ©brĂ©e, ou de la femme danger public au volant.

Devenir pùre, le parcours d’obstacles

Pour ma part, Ă  force de m’entendre rĂ©pĂ©ter que le pĂšre est une composante aussi essentielle que la mĂšre au sein d’une famille, j’ai fini par y croire. Mais voilĂ , dans la vraie vie, les mots ne sont pas nĂ©cessairement suivis des faits.

Chez la sage-femme, lors du premier rendez-vous. En bonne professionnelle, elle me fait le topo sur la place du pĂšre. Je me sens en confiance mais dĂ©chante trĂšs vite. En une dizaine de rencontres, elle ne m’a plus jamais adressĂ© la parole, ne rĂ©pondant Ă  mes questions que lorsqu’elles Ă©taient rĂ©pĂ©tĂ©es par ma compagne. La loose.

Au CHU. Jamais je n’ai manquĂ© un rendez-vous pour une Ă©chographie. A chaque fois, le rituel est le mĂȘme. « Bonjour monsieur, tenez, vous pouvez vous assoir là
 oui, lĂ , sur le tabouret, dans le coin de la piĂšce, Ă  10 mĂštres de votre femme qu’on ausculte. » Franchement, c’est Ă  se demander s’ils ne m’ont pas confondu avec le chauffeur de Madame !

Rapidement, j’apprends que la sociĂ©tĂ© entend elle aussi contribuer Ă  mon Ă©panouissement dans ma nouvelle peau de papa en apprentissage en me gratifiant de
 14 jours complets de congĂ© paternitĂ©. Waouh, quelle chance ! 14 jours faire connaissance avec bĂ©bĂ©, soutenir une maman Ă©prouvĂ©e par l’épreuve de l’accouchement,  et dĂ©couvrir les premiĂšres difficultĂ©s de sa nouvelle condition de parents.

Dans les mĂ©dias, les clichĂ©s sur les pĂšres ont la vie dure. Si bien qu’on a parfois l’impression de vivre au beau milieu des annĂ©es 40. Le pire restant ceux qui circulent dans des supports avertis. Comme Famili par exemple, rĂ©cemment Ă©pinglĂ© par l’observatoire des mĂ©dias Acrimed pour « les visions les plus traditionnelles de la rĂ©partition des rĂŽles entre les sexes » que ce titre de presse relaie rĂ©guliĂšrement dans ses colonnes.

A la maison, mĂȘme ma femme, pourtant convaincue de la place que je dois occuper, a aujourd’hui encore parfois du mal Ă  me laisser prendre le contrĂŽle de certaines situations avec bĂ©bĂ©. A croire que son cerveau, que je sais pourtant libre, subit Ă©galement les ravages provoquĂ©s par ces schĂ©mas sociaux vĂ©hiculĂ©s de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration de maniĂšre plus ou moins implicite.

Et je ne vous parle pas du retour rapide Ă  la vie professionnelle. Si je n’ai, pour ma part, jamais eu Ă  me plaindre de l’empathie de mon patron envers son jeune papa de collaborateur, je ne compte plus les tĂ©moignages de pĂšres déçus par l’attitude de leurs employeurs.

Dans ce contexte, il faut faire preuve d’une sacrĂ© dĂ©termination pour accepter de marcher Ă  contre-courant sur le chemin d’une paternitĂ© assumĂ©e et Ă©panouie.

A se demander si, sous couverts de discours honorables sur le rĂŽle du pĂšre, tout n’est pas mis en Ɠuvre pour que les hommes ne bougent surtout pas de la place dans laquelle on les a enfermĂ© il y a bien longtemps.

Et vous ? Pensez-vous que tout est mis en Ɠuvre pour permettre aux pĂšres de prendre la mesure de leur rĂŽle ? Qu’est-ce qui pourrait ĂȘtre amĂ©lioré ?

Retrouvez les billets d’humeur d’Olivier sur son site

À lire absolument