Manger trop gras diminuerait la qualité du sperme

Récemment, une étude américaine aurait mis une nouvelle fois en évidence que la consommation de produits trop gras affecterait la qualité des spermatozoïdes. Les résultats ont été publiés dans le journal européen spécialisé Human Reproduction, le 13 mars dernier.

 

Les graisses mises en cause sont les graisses saturées, à savoir celles qui se trouvent, entre autres, dans la charcuterie, les viennoiseries, les chips, certaines viandes, l’huile de palme… Ces graisses saturées sont de toute façon assez néfastes pour la santé, puisque ce sont aussi celles qui sont connues pour être un facteur de risque cardio-vasculaire. Ainsi, une consommation trop importante de ces graisses agirait sur le nombre total de spermatozoïdes. En effet, selon l’étude, les hommes mangeant trop de graisses saturées ont un nombre total de spermatozoïdes inférieur de 35% à celui des hommes qui en consomment moins.
Cette étude a été menée auprès de 99 hommes, dont la moyenne d’âge était de 36 ans, et leurs habitudes alimentaires ont été étudiées sur une période de 4 ans (de décembre 2006 à août 2010). Néanmoins, même si cette étude est – selon Jill Attaman, le professeur qui l’a menée – la plus grande étude sur l’influence de régimes spécifiques et la fertilité masculine, il précise aussi que des études à plus large échelle sont maintenant nécessaires pour confirmer ces résultats.


 
Alors, bien évidemment, l’infertilité masculine ne peut pas se résumer à cette étude. Bien d’autres paramètres rentrent en jeu lorsqu’une infertilité est constatée. Mais le professeur Attaman note que manger moins de graisses saturées, tout en privilégiant la consommation d’oméga-3 (acides gras que l’on trouve en grandes quantités dans certains poissons gras, comme le saumon, le maquereau ou le hareng ou encore dans des huiles végétales comme celles de noix, de soja ou de colza), pouvait améliorer la santé et la fertilité. Alors, à tout hasard, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté, et améliorer sa manière de se nourrir. Au mieux cela aura un impact sur la fertilité de ces messieurs, au « pire » cela aura un impact sur leur santé. Cela vaut le coup d’essayer !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire