Neufmois.fr » Conception » Adoption » Comment dire Ă  un enfant qu’il a Ă©tĂ© adoptĂ© ?

Comment dire Ă  un enfant qu’il a Ă©tĂ© adoptĂ© ?

«La vĂ©ritĂ©, c’est le tremplin qui permet Ă  l’enfant d’avancer dans la vie, le point d’appui du levier qui lui permet d’affronter la rĂ©alité» – Françoise Dolto.

Comment dire Ă  un enfant qu’il a Ă©tĂ© adoptĂ© ?

Françoise Dolto nous a appris que les enfants, dĂšs leur plus jeune Ăąge, comprennent ce qui leur est dit. Il faut juste trouver les bons mots pour leur expliquer les choses. Si autrefois, les parents ayant adoptĂ© hĂ©sitaient Ă  dire la vĂ©ritĂ© Ă  leur enfant et prĂ©fĂ©raient attendre le plus longtemps possible, aujourd’hui les choses ont changĂ©. Parents et spĂ©cialistes ont enfin compris que les enfants adoptĂ©s qui le savent depuis toujours se sentent gĂ©nĂ©ralement Ă  l’aise avec cette situation. En particulier si le mot « adoption » Ă©voque pour eux des souvenirs heureux depuis leur tout jeune Ăąge.

Par contre, les enfants adoptĂ©s qui l’apprennent seulement Ă  l’adolescence, ou plus tard, risquent de rĂ©agir trĂšs mal Ă  la nouvelle. De se sentir « trahis » et d’avoir du mal Ă  faire confiance Ă  leurs parents adoptifs. Il est donc important de le dire Ă  l’enfant adoptĂ© dĂšs son plus Ăąge. Les parents doivent en parler comme un fait connu et acceptĂ© pendant les annĂ©es prĂ©scolaires de l’enfant. La formulation dĂ©pend ensuite de la sensibilitĂ© de chacun. Une phrase comme « tu n’étais pas dans mon ventre mais nous t’avons voulu et attendu dans notre cƓur et notre tĂȘte » peut dĂ©crire la situation avec douceur.

 

Aider l’enfant adoptĂ©

Il faut savoir que si votre bĂ©bĂ© a vĂ©cu dans un orphelinat, il a Ă©tĂ© portĂ© par plusieurs personnes. Et a Ă©galement vĂ©cu plusieurs expĂ©riences sans continuitĂ©. Une fois adoptĂ©, il sent donc qu’il est Ă  prĂ©sent ailleurs. La force de cette perception dĂ©pend de plusieurs Ă©lĂ©ments mais il est certain qu’il perçoit cette diffĂ©rence entre « avant » et « aprĂšs » et qu’elle reste gravĂ©e Ă  jamais dans l’inconscient de votre petit. Ne pas en parler reviendrait donc en quelque sorte Ă  nier ce qu’il a vĂ©cu et Ă  l’empĂȘcher de poser des questions.

Cela vaut, Ă  plus forte raison, lorsqu’il est d’une couleur de peau diffĂ©rente. Le monde qui l’entoure le confrontera Ă  sa diffĂ©rence trĂšs rapidement. Ainsi, le fait d’en avoir parlĂ© avant l’aidera Ă  affronter les questions et les regards des autres. N’oubliez pas qu’il existe des professionnels qui peuvent soutenir les parents en cas de difficultĂ©. Pensez aux associations de parents adoptants et aux associations intermĂ©diaires. Il existe sur le marchĂ© de nombreux livres qui pourront Ă©galement vous ĂȘtre utiles.

Un peu de lecture pour aller plus loin :

Les Ă©tapes majeures de l’enfance -Françoise Dolto

Ernest et CĂ©lestine : Les questions de CĂ©lestine – Gabrielle Vincent. Une façon de parler de l’adoption et des origines de l’enfant avec sensibilitĂ© et tendresse.

 

À lire absolument