Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Vaccin MĂ©ningitec : pour l’ANSM il n’y a pas de risque pour les enfants

Vaccin MĂ©ningitec : pour l’ANSM il n’y a pas de risque pour les enfants

En septembre 2014, on ne trouvait plus aucun vaccin Méningitec, qui avaient été tous rappelés. En effet, dans certains lots, il a été retrouvé, dans le piston de la seringue, la présence de particules métalliques oxydées. Depuis, on ne retrouvait plus ce vaccin distribué par le laboratoire Nuron.

AprĂšs deux annĂ©es de polĂ©mique, l’Agence nationale de sĂ©curitĂ© du mĂ©dicament (ANSM) a confirmĂ© « l’absence de risque » pour la santĂ© des personnes qui ont eu recours au vaccin MĂ©ningitec, dans un communiquĂ©, lundi 18 juillet 2016, d’aprĂšs « les rĂ©sultats des analyses complĂ©mentaires rĂ©alisĂ©es par l’ANSM dans ses laboratoires de contrĂŽle, ainsi que l’avis des experts sollicitĂ© dans le cadre du ComitĂ© scientifique spĂ©cialisĂ© temporaire (CSST). » À savoir, le vaccin MĂ©ningitec prĂ©vient des maladies invasives dues Ă  Neisseria meningitidis du sĂ©rogroupe C (MĂ©ningite C). L’immunisation active se fait dĂšs le plus jeune Ăąge, chez les nourrissons ĂągĂ©s de 2 mois.

Deux analyses pour deux résultats contradictoires

Ainsi, suite Ă  un dĂ©pĂŽt de plainte de la part de plusieurs centaines de parents en France contre le laboratoire CSP qui ont vu leurs enfants souffrir de forte fiĂšvre, d’agitation, d’Ă©ruptions cutanĂ©es et de troubles digestifs, l’ANSM a souhaitĂ© faire retirer du marchĂ© tous les vaccins MĂ©ningitec.

AprĂšs de multiples analyses, les membres du CSST concluent qu’il est « peu probable » que la prĂ©sence de particules mĂ©talliques oxydĂ©es dans les seringues aient provoquĂ© des rĂ©actions gĂ©nĂ©ralisĂ©es. Malheureusement, l’ANSM, qui avait commandĂ© des analyses Ă  deux laboratoires diffĂ©rents, a reçu des rĂ©sultats contradictoires

Des analyses ont alors dues ĂȘtre refaites. Pour conclure, l’ANSM a « rĂ©alisĂ© des analyses de seringues de MĂ©ningitec provenant de trois lots diffĂ©rents ainsi que, Ă  titre comparatif, l’analyse de cinq autres vaccins, d’un mĂ©dicament injectable non vaccinal et de sĂ©rum physiologique injectable ». Et bien que des traces de mĂ©taux dans tous les mĂ©dicaments injectables aient étĂ© retrouvĂ©es, cela ne doit pas ĂȘtre considĂ©rĂ© comme « un risque sanitaire », a terminĂ© l’ANSM. Affaire conclue et les vaccins MĂ©ningitec devraient bientĂŽt revenir sur le marchĂ©.

À lire absolument