Suite au décès de deux nourrissons, le lactarium de l’hôpital Necker suspend sa distribution de lait maternel

Par mesure de précaution, le lactarium d’Île-de-France placé à l’hôpital Necker de Paris a suspendu sa distribution de lait maternel, samedi 3 septembre 2016. En effet, L’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé que, suite au décès de deux nourrissons, suspectés d’avoir été contaminés par du lait maternel issu de dons, l’hôpital pour enfants malades et bébés nés prématurés a préféré tout arrêter jusqu’à l’inspection.

Qu’est-ce-qu’un lactarium ?

Un lactarium est un centre de collecte, de traitement et de dons gratuits de lait maternel. Une collecte qui permet ainsi de nourrir les bébés qui ne peuvent pas être allaités par leur maman et qui font aussi, par moment, une intolérance au lait artificiel.

Une femme qui souhaite donner son lait maternel doit commencer par remplir un formulaire de santé et doit également effectuer des tests sanguins. Son lait est ensuite collecté à son domicile. Le lait maternel est ensuite distribué aux bébés nés prématurés ou les autres bébés qui en ont besoin.

Trois nourrissons contaminés par une même bactérie

Trois bébés nés grands prématurés auraient été contaminés. Afin d’en être sûr, « une inspection de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) se fera sur place dans le lactarium et les services concernés pour essayer d’identifier ce qui s’est passé » et aura lieu ce lundi 5 septembre 2016, a déclaré dimanche 4 septembre la ministre de la Santé Marisol Touraine au « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro.


C’était le 6 août dernier que la contamination des trois nourrissons nés grands prématurés a été découverte dans deux services de néonatologie de l’AP-HP, en Île-de-France. Ces trois bébés auraient été touchés par la bactérie Bacillus Cereus, qu’on peut trouver facilement dans l’environnement, mais qui peut avoir de lourdes conséquences chez les bébés nés grands prématurés ou personnes assez fragiles. Pour le moment, on ignore si le lait donné aux nouveau-nés est en relation avec la contamination, mais il ne faut pas l’exclure pour autant.

Plusieurs analyses sont alors en cours, afin de déterminer l’origine de cette bactérie, et si leur source est identique. Mais « par mesure de précaution », la délivrance de lait maternel de ce lactarium a été suspendu, « avec rappel des lots, en concertation étroite avec les autorités sanitaires », a ajouté l’AP-HP pour qu’aucun des nourrissons ne soient de nouveau exposés au lait suspecté d’avoir contaminé les trois bébés. Affaire à suivre…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire