Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Pourquoi la sĂ©curitĂ© sociale italienne veut-elle obliger les papas Ă  prendre leur congĂ© paternitĂ© ?

Pourquoi la sécurité sociale italienne veut-elle obliger les papas à prendre leur congé paternité ?

Prendre un congĂ© paternitĂ© ou alors Ă©coper d’une amende. En Italie, Tito Boeri, directeur de l’institut national de prĂ©voyance sociale (INPS), ne souhaite plus que ce soit toujours les jeunes mamans qui fassent l’Ă©ducation de leur enfant. Et pour y remĂ©dier, il a dĂ©cidĂ© de « punir » les jeunes pĂšres qui ne prendraient pas leur congĂ© paternitĂ© de deux semaines, selon les informations du site français Les Echos..

En Italie, les femmes ont beaucoup de mal Ă  trouver du travail. La raison ? Deux jours de congĂ© paternitĂ© pour les papas, et c’est donc aux femmes de s’occuper de bĂ©bĂ©. VoilĂ  pourquoi, Tito Boeri souhaite que les papas prennent un congĂ© paternitĂ© afin de « rompre le cercle vicieux fondĂ© sur un Ă©quilibre erronĂ© qui permet Ă  l’homme d’avoir plus de pouvoir pour dĂ©cider qui doit travailler et qui doit s’occuper des enfants », toujours selon le site français. Selon les statistiques parues dans la revue Elle ! Active !, moins de 50% des femmes travaillent en Italie, contre 64% en moyenne dans l’Union EuropĂ©enne. Mais ce n’est pas tout, une italienne sur deux cesse de travailler dĂšs la naissance du premier enfant et 30% des femmes seulement continuent de travailler Ă  partir de la naissance du second enfant. Alors non seulement elles sont moins bien payĂ©es que les hommes lorsqu’elles retournent au travail, mais en plus « elles sont perçues comme de mauvaises mĂšres »Â lorsqu’elles y sont, a soulignĂ© Tito Boeri. Qui souhaiterait alors continuer Ă  travailler dans des conditions pareilles ?

Corriger les inégalités

Le but de Tito Boeri ? Corriger les inĂ©galitĂ©s hommes-femmes trĂšs prĂ©sentes en Italie. En obligeant les pĂšres Ă  prendre un congĂ© paternitĂ© de deux semaines, cela contribuerait « au dĂ©veloppement cognitif de l’enfant », a affirmé Tito Boeri, citant de nombreuses Ă©tudes. La raison de l’amende ? « Il faut un choc pour rompre ces Ă©quilibres culturels, les incitations ne servent pas », explique-t-il, selon les Echos. Et ainsi, avec plus de femmes sur le marchĂ© du travail, cela permettrait Ă  l’Ă©conomie de se dĂ©velopper. Et puis, maman Ă  la maison qui s’occupe des enfants Ă  la maison et papa au travail, cette mentalitĂ© est un peu dĂ©passĂ©e non ? Sauf si la maman a toujours souhaitĂ© ĂȘtre mĂšre au foyer et ainsi elle ne fait que rĂ©aliser son rĂȘve !

Toutefois, la loi n’est pas encore passĂ©e. Il s’agit encore d’une proposition que le gouvernement doit accepter. Et puis quinze jours de congĂ© paternitĂ© vont-ils vraiment suffire Ă  changer les mentalitĂ©s ? Affaire Ă  suivre…

Et en France ?

Dans notre pays, le congé parental est ouvert aux papas tout comme aux mamans pour une durĂ©e maximale de trois ans (deux ans pour la maman ou deux ans pour le papa et un an pour la mĂšre ou un an pour le pĂšre). En ce qui concerne le congĂ© paternitĂ©, c’est un droit ouvert Ă  tout salariĂ©. Au maximum, la durĂ©e du congĂ© paternitĂ© est de 11 jours consĂ©cutifs (et 18 jours en cas de naissances multiples). Ces jours s’ajoutent aux trois jours d’absence autorisĂ©s prĂ©vus par le Code du travail. Le congĂ© paternitĂ© peut alors dĂ©buter Ă  la suite de ces trois jours d’absence ou plus tard, mais doit ĂȘtre pris impĂ©rativement durant les 4 mois qui suivent la naissance de bĂ©bĂ©. Attention, le congĂ© paternitĂ© ne peut pas ĂȘtre fractionnĂ© (source Ameli). Selon les statistiques, ils seraient 69% Ă  prendre leur congĂ© paternitĂ©, mais neuf pĂšres sur dix ne le prendraient pas en entier. Quant au congĂ© parental, aux derniĂšres nouvelles, cette possibilitĂ© de pause professionnelle concernerait moins de 5% des pĂšres… Il y a encore du chemin Ă  faire !

À lire absolument

Laisser un commentaire