Saurez-vous deviner pourquoi cette maman compare son petit garçon à Harry Potter ?

Nadine Shelley, une infirmière vivant dans l’Utah aux États-Unis, a récemment posté un message sur Facebook à propos de son fils, qui est devenu viral. La raison ? Si Nadine avait écouté les médecins, son petit garçon ne serait pas là aujourd’hui. Si cette courageuse maman avait interrompu sa grossesse comme le préconisaient les médecins, Brayden n’aurait jamais eu la chance d’être le petit garçon en bonne santé qu’il est aujourd’hui. Car Brayden a pu fêter son premier anniversaire.

Brayden, le petit garçon qui a survécu

Si vous êtes quelque peu familier avec l’univers de Harry Potter, vous devez sûrement connaître cette phrase : « Tu es le garçon qui a survécu ». Pour ceux qui ne le sauraient pas, il s’agit là de de la phrase qui caractérise Harry Potter car il est le seul garçon qui ait survécu aux sortilèges de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, alias Lord Voldemort. C’est également le titre du tout premier chapitre du tout premier livre de la célèbre saga de J.K Rolling. Et c’est aussi la phrase que Nadine aime utiliser pour parler de son fils, Brayden. Pourquoi ça ? Lors d’une échographie de contrôle Nadine a appris que le liquide amniotique qui entourait son bébé était en train de disparaître, mettant sa vie et celle de son bébé en grand danger. Les médecins ont donc conseillé à Nadine d’interrompre sa grossesse car le bébé risquait de mourir in utero juste avant l’accouchement ou de naître avec de graves séquelles cardiaques et cérébrales. Ils souhaitaient « ne pas prolonger la souffrance ». Nadine étant infirmière, elle comprenait l’avis des médecins, elle connaissait les risques, mais elle ne pouvait cesser de penser à cette fameuse phrase  liée à Harry Potter. Et en tant que fan absolue de la saga, elle savait que le petit Harry Potter était devenu « Le garçon qui a survécu » grâce au sacrifice de sa mère, Lilly, qui a donné sa vie pour le protéger. Elle n’a donc pas hésité à mettre sa propre vie en danger pour sauver son fils, en choisissant de ne pas interrompre sa grossesse.

Brayden est resté en soins intensifs pendant 76 jours après sa naissance

« Le plus terrifiant dans cette situation c’est que je ne savais pas si Brayden allait être en bonne santé ou pas. Cette décision a mis énormément de poids et de stress sur nos épaules. Tous les spécialistes et toutes les statistiques étaient contre nous et il y avait une forte probabilité pour que je rentre sans mon fils à la maison« , a confié la maman au site web Babble. Au bout de 28 semaines de grossesse, Brayden est né, mais bien trop tôt. Il a donc été immédiatement pris en charge par les équipes des soins intensifs néonataux et il est resté sous surveillance continuelle pendant 76 jours. Mais grâce aux équipe de l’hôpital où elle a accouché, Nadine et son mari Garrett ont pu surmonter cette épreuve. Ils sont d’ailleurs restés proches des médecins de Brayden, ils leur seront d’ailleurs éternellement reconnaissants des soins apportés à leur fils : « Ils l’ont aimé, l’ont apaisé, lui ont chanté des chansons et lui ont fait des câlins quand il en avait besoin« , a-t-elle partagé. Mais le véritable soutient aux parents est venu de leur famille et, étonnamment, de leur voisins ! Voyez-vous, la fille aînée de Nadine n’avait que 18 mois à l’époque, elle était donc trop jeune pour avoir le droit d’entrer en service de néonatalogie, donc à chaque fois que les parents devaient aller voir Brayden, ils avaient besoin d’une baby-sitter. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la mobilisation de l’entourage de la famille Shelley a été générale, car les aides ont été nombreuses. Heureusement, pour le petit garçon et sa maman, cette histoire se termine bien car, tout comme Harry Potter, Brayden a survécu, mais lui, sa maman est là, à ses côtés. Et comme elle dirait, « c’est un miracle moderne ».

18425449_1516781408344252_2503391878440712674_n


18425285_1516782981677428_4617971916221838262_n

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire