Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Ouverture de neuf maisons de naissances pour les femmes enceintes sans pathologie

Ouverture de neuf maisons de naissances pour les femmes enceintes sans pathologie

Le Journal Officiel a publiĂ© un arrĂȘtĂ© qui autorise l’ouverture de neuf maisons de naissances. Ces structures permettront Ă  des femmes enceintes d’accoucher sans hospitalisation.

Ces Maisons de Naissances (MDN) sont tenues par des sages-femmes libĂ©rales. Ces derniĂšres, en tant que professionnelles de santĂ© autonomes, assurent le fonctionnement de la structure et assument l’entiĂšre responsabilitĂ© mĂ©dicale. Toutefois, les Maisons de Naissance sont obligatoirement accolĂ©es Ă  une maternitĂ© afin d’assurer la sĂ©curitĂ© de la mĂšre et de l’enfant en cas de souci Ă  l’accouchement. Une Maison de Naissance peut se situer prĂšs d’un Ă©tablissement hospitalier (sans route Ă  traverser) ou ĂȘtre installĂ©e au sein d’un hĂŽpital. Les sages-femmes assurent les suivis de grossesse et les accouchements. Ces Maison de Naissance s’adressent exclusivement aux femmes enceintes qui vivent une grossesse sans complication, dite Ă  bas risques.

Encore expérimentales, elles seront présentes sur une large partie du territoire français :

  • la sociĂ©tĂ© civile de moyens Calm – Maison de naissance, Ă  Paris ;
  • l’association Premier Cri, Ă  Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) ;
  • l’association Maison de naissance Doumaia, Ă  Castres (Tarn) ;
  • l’association La Maison, Ă  Grenoble ;
  • l’association Le Temps de naĂźtre, Ă  Baie-Mahault (Guadeloupe) ;
  • l’association Joie de naĂźtre, Ă  Saint-Paul (La RĂ©union) ;
  • l’association PremiĂšres Heures au monde, Ă  Bourgoin-Jallieu (IsĂšre) ;
  • l’association Manala, Maison de naissance Alsace, Ă  SĂ©lestat (Bas-Rhin) ;
  • l’association Un Nid pour naĂźtre, Ă  Nancy.

Des rĂšgles strictes pour les maisons de naissances

Le Journal officiel a fixĂ© les rĂšgles de fonctionnement de ces maisons de naissance le 30 juillet 2015 : une sage-femme doit ĂȘtre « en mesure de pouvoir intervenir Ă  tout moment, tous les jours de l’annĂ©e, dans un dĂ©lai compatible avec l’impĂ©ratif de sĂ©curité ». De plus, deux sages-femmes doivent toujours ĂȘtre prĂ©sentes lors des accouchement, en cas d’urgence obligeant un transfert de la maman et du bĂ©bĂ©. Les maisons de naissances devront Ă©galement organiser des dĂ©pistages obligatoires de la mucoviscidose et de l’hypothroĂŻdie (entre autres) pour tous les nourrissons et tenir la maman informĂ©e sur le dĂ©pistage prĂ©coce de la surditĂ© permanente nĂ©onatale.


Toujours expĂ©rimentales, ces maisons de naissances vont ĂȘtre contrĂŽlĂ©es de prĂšs par les Agences RĂ©gionales de SantĂ© et Ă©valuĂ©es au bout de deux annĂ©es de fonctionnement. Ces nouvelles structures ont Ă©tĂ© demandĂ©es pour la premiĂšre fois par Bernard Kouchner en 1998, et l’UDI a fait une nouvelle proposition de loi qui a Ă©tĂ© acceptĂ©e par le Parlement en 2013.

« Un premier pas », selon les sages-femmes

Les maisons de naissances existent dĂ©jĂ  depuis plusieurs annĂ©es dans plusieurs pays : en Allemagne, Suisse, Canada, Australie et Espagne, mais c’est la premiĂšre fois qu’elles sont autorisĂ©es en France, Ă  l’exception de structures existantes (Lormont, Pontoise, Strasbourg
) qui font depuis des annĂ©es l’objet d’une convention particuliĂšre avec une maternitĂ©.

Dans un communiquĂ©, l’Association nationale des sages-femmes libĂ©rales se dit « fortement engagĂ©e depuis une vingtaine d’annĂ©es » pour l’ouverture de ces maisons de naissance. Elle dĂ©clare Ă©galement : « L’autorisation d’expĂ©rimenter sur neuf sites n’est qu’un premier pas. » On l’espĂšre en effet car ces maisons de naissance sont trĂšs attendues par de nombreuses femmes enceintes, qui, parfois, recourent Ă  l’accouchement Ă  domicile (AAD) ou Ă  l’accouchement non accompagnĂ© (ANA), en raison de leur refus d’accoucher dans une maternitĂ© traditionnelle pour Ă©viter une mĂ©dicalisation qu’elles estiment anxiogĂšne et nĂ©faste pour elles et leur bĂ©bĂ©. L’ouverture des maisons de naissance, effective pour certains Ă  partir du 1er avril 2016, devrait leur permettre de rĂ©aliser leur rĂȘve d’un « accouchement respecté », un concept qui a sa Semaine Mondiale (en gĂ©nĂ©ral Ă  la mi-mai chaque annĂ©e).

 

 

 

 

 


À lire absolument