En train de lire
Poursuivie par la justice pour avoir vendu son bébé

Poursuivie par la justice pour avoir vendu son bébé

C’est en Chine qu’une femme a été inculpée dimanche 25 janvier 2015 pour avoir vendu son bébé. Elle aurait été aidée par son obstétricien dans cette très curieuse démarche commerciale pour en tirer la somme de 6000 euros. Si elle avait fait passer pour mort son nouveau-né, c’est la belle-mère de la jeune femme qui s’est doutée de quelque chose pour ensuite prévenir les autorités. Selon le site internet l’Express.fr, la maman a été arrêtée, accusée de « trafic d’êtres humains ».

Prétextant que l’arrivée de ce nouveau bébé allait perturber l’équilibre de son aîné issu d’un premier mariage, cette maman avait pris l’initiative de s’en séparer contre rémunération. Pour cela, elle a fait appel à son gynécologue obstétricien afin que celui-ci l’aide à trouver un couple d’acheteurs. Une fois l’enfant vendu en échange de 6000 euros (42 000 yuans), le médecin aurait obtenu sa part, pour un montant de 7000 yuans, soit environ 1000 euros.

D’après les propos rapportés par le journal Chine Nouvelle, la mère n’était pas en très bon terme avec son conjoint et il y avait souvent des disputes conjugales entre eux. Avec l’arrivée d’un nouveau bébé, la jeune femme aurait pris peur pour son premier enfant, qu’elle craignait voir perturbé suite à l’arrivé d’un nouveau nourrisson dans le foyer.

Si cette femme chinoise est aujourd’hui inculpée pour trafique d’être humain, l’obstétricien est également poursuivi pour complicité.


Selon l’Express.fr, ce fait divers n’est pas un cas isolé. En effet, avec la politique de l’enfant unique et la préférence pour les nourrissons de sexe masculin, un large trafique de bébés prospérerait aujourd’hui en Chine, malgré les efforts des autorités chinoises qui tentent de démanteler ces réseaux. La police viendrait d’ailleurs de découvrir un réseau où 37 enfants auraient été récupérés et 100 adultes inculpés pour trafique d’être humain, dans l’est de la Chine.

Voir Aussi

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire