En train de lire
L’HAS publie des recommandations pour mieux détecter le syndrome du bébé secoué

L’HAS publie des recommandations pour mieux détecter le syndrome du bébé secoué

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de publier de nouvelles recommandations destinées aux professionnels de santé, pour détecter les cas de bébé secoué et de maltraitances. Mais qu’est-ce que le syndrome du bébé secoué ? Éclaircissements.

Le cerveau du bébé, fragile

La tête du bébé est bien plus lourde comparée à tout son corps. D’une part il n’a pas les muscles du cou suffisamment développés pour pouvoir maintenir sa tête et d’autre part ses structures cérébrales sont encore en développement. De plus, à la naissance, les os du crâne de bébé ne sont pas encore tout à fait soudés et sont souples. La boite crânienne ne protège donc pas encore suffisamment le cerveau.

Qu’est ce que le syndrome du bébé secoué ?

Le syndrome de bébé secoué est un traumatisme crânien qui survient quand on secoue trop violemment un nourrisson ou un bébé. Il s’agit d’une urgence vitale car un bébé dont la tête a été brutalement secouée peut avoir des séquelles irréversibles. Le cerveau de bébé peut heurter la boite crânienne et ce choc peut provoquer des lésions cérébrales ou des hémorragies. Les professionnels de santé sont de plus en plus formés pour repérer un syndrome du bébé secoué mais il est parfois difficile de déceler les signes de ce syndrome, c’est pourquoi la Haute Autorité de Santé vient de publier de nouvelles recommandations.

Quelles sont les recommandations de l’HAS ?

L’HAS souligne le fait que les symptômes du bébé secoué ne sont souvent pas assez connus du personnel de santé. Ces recommandations ont pour but d’améliorer les pratiques des professionnels de santé, des formateurs médicaux et paramédicaux mais aussi de la petite enfance, de la protection judiciaire. Ainsi l’HAS souligne l’importance pour les professionnels de santé de faire attention aux signes cliniques pouvant évoquer un syndrome du bébé secoué des jeunes enfants et préconise de mieux informer les jeunes parents et les professionnels de la petite enfance au syndrome du bébé secoué. L’HAS souligne l’importance de favoriser le soutien aux parents et gardiens d’enfants.


Voir Aussi
Crédit image: Facebook Gemma Charlmer

Le syndrome du bébé secoué que faire pour l’éviter ?

Les parents qui en arrivent à secouer fortement leur enfant sont le plus souvent dans un grand état de fatigue. Pourtant, comme le rappelle l’HAS un bébé peut pleurer jusqu’à 2 heures par jour et c’est normal. Or, les pleurs incessants de bébé peuvent conduire certains adultes qui n’en peuvent plus à secouer leur bébé. Si souvent, le compagnon ou le conjoint est en cause, il peut arriver à une maman exaspérée de secouer son enfant. Pour éviter d’arriver dans cette impasse, il ne faut pas hésiter à se faire aider et demander de l’aide. Si votre bébé pleure beaucoup, que vous n’arrivez pas à le calmer et que vous sentez que vous allez craquer, laissez un autre adulte prendre le relais. Si vous êtes seule, n’hésitez pas à placer bébé dans son lit et sortez de sa chambre quelques
minutes pour souffler et laisser tomber la pression. Si vous éprouvez des difficultés au quotidien, vous pouvez vous faire aider en vous rapprochant d’une association, en composant le 119 (allo enfance en danger) ou en vous confiant à votre médecin. Dans tous les cas, ne restez pas seule avec vos difficultés.

Et si je ne faisais pas attention ?

N’ayez crainte, le syndrome du bébé secoué n’est pas accidentel. Il s’agit d’un acte volontaire commis par des personnes par exemple exaspérées par les pleurs du bébé. Le syndrome du bébé secoué concerne une centaine d’enfants par an et malheureusement il y a souvent des récidives. Protégez toujours la tête de bébé et manipulez cette dernière avec précautions. Tenez lui toujours bien le cou et soyez attentive à ne pas cogner sa tête quand vous le changez par exemple. Si par contre, bébé était victime d’un choc accidentel à la tête, emmenez le à l’hôpital le plus rapidement possible.


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire