Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Quelles sont les conséquences lourdes liées au syndrome du bébé secoué ?

Le syndrome du bébé secoué est un geste violent dont il ne faut pas minimiser les risques. En France, chaque année, entre 180 à 200 enfants sont victimes de ce traumatisme tant physique que neurologique. Lorsqu’un bébé pousse trop de cris ou se met à pleurer de façon intempestive, un parent ou un proche en charge du bébé peut perdre ses moyens et le secouer violemment. Le problème, c’est qu’il en découle, la plupart du temps, de lourdes conséquences qui affectent particulièrement la santé de l’enfant. D’ailleurs, une récente affaire de bébé secoué vient relancer la polémique qui peut effrayer médecins et parents.

Le cas d’un petit bébé de 5 mois condamné à vie

Dans l’Hérault, un bébé de 5 mois a été pris en charge à l’hôpital Arnaud de Villeneuve à Montpellier le 8 décembre dernier. Les raisons de sa venue sont restées dans un premier temps floues mais la version donnée par le beau-père, ce jour-là en charge du bébé, a mis le doute aux médecins. Il a raconté qu’il avait fait une chute dans les escaliers avec le bébé dans ses bras. Suite à cela, il l’aurait placé dans son berceau mais comme il ne répondait pas, le beau-père aurait secoué le bébé afin de susciter son attention. Au retour de la mère, il a été décidé d’emmener tout de suite le bébé aux urgences car il ne répondait toujours pas aux stimulations.

Néanmoins, de gros doutes planaient sur cette affaire et les médecins ont rapidement fait le lien avec le syndrome du bébé secoué.

Arrivé à l’hôpital avec de graves lésions au cerveau ainsi que des bleus, le bébé est resté dans le coma pendant 26 jours. D’après les médecins qui, depuis, se sont prononcés sur son état, la situation est critique. Le bébé serait handicapé à 95% pour le reste de ses jours. Selon le Pr François Rivier, neuropédiatre au CHU de Montpellier et en charge de ce cas, il n’y a pas de doute : « Le petit souffre d’un hématome sous-dural accidentel, de lésions cérébrales diverses, d’hémiplégie sur la droite du corps et de nombreuses lésions cérébrales ». Le bébé devra donc nécessiter toute sa vie de soins intensifs comme de la kinésithérapie motrice et de psychomotricité ou encore un suivi neuropédiatrique.

Le beau-père de 24 ans  a donc été mis en examen pour « violences aggravées » alors que la mère a été relâchée après 48 heures de garde à vue. Pour l’instant, le bébé a été placé dans une famille d’accueil où la mère peut le voir tous les jours. Un destin tragique pour ce petit bébé qui démontre, une fois de plus, la gravité de certains comportements auprès des enfants.

Les conséquences du syndrome du bébé secoué

Parmi les bébés concernés par ce syndrome, 10 à 40% d’entre eux meurent des suites d’une violence secousse et 75% de ces bébés gardent des séquelles neurologiques. Selon les experts de l’Assurance Maladie, ces pourcentages pourraient bien être en dessous des réalités à cause d’une absence trop importante de dépistage et de sous-déclaration du syndrome.


Pour être bien clair sur le sujet, il faut comprendre que ce geste violent envers un enfant ou un nourrisson reste un traumatisme crânien non accidentel. Les enfants de moins de 1 an an sont d’ailleurs les plus touchés par cette violence et les conséquences sont très graves : des lésions peuvent apparaître sur le crâne alors même qu’aucun choc n’a été ressenti. En plus d’une tête relativement grosse et lourde, le cerveau du bébé ne remplit pas encore totalement toute la boite crânienne car il est en pleine formation. Ainsi, l’espace vide peut créer des chocs très dangereux conduisant quelques fois au décès du bébé.

Ajouté à cela, un bébé n’a pas une musculature qui lui permet de bien retenir sa tête. Et cela en va de même pour le cou : il tient mal sur la tête et lorsqu’il est secoué, il ne résiste pas aux chocs allant de l’avant à l’arrière. Ainsi, les vaisseaux sanguins peuvent se rompre et le tissu cérébral peut être écrasé contre la boîte crânienne.

En conséquence de tout cela, le bébé risque des contusions et des œdèmes cérébraux avec hémorragie. Si les parents ou l’entourage sont mal informés, ce phénomène très grave peut se répéter encore et encore… Il faut donc impérativement souligner le fait qu’aucun enfant, surtout en bas âge, ne doit être secoué et ce qu’importe son âge ou qu’importe la situation, pas plus par jeu (le lancer en l’air pour faire l’avion, etc…) que par énervement.

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire