Les soins vont être arrêtés pour le petit Titouan

Il y a quelques jours, nous vous parlions du petit Titouan, un bébé né prématuré à 5 mois et demi, le 31 août dernier au CHU de Saintes. Ce grand prématuré avait ensuite été transféré au CHU de Poitiers à cause d’une très grave hémorragie cérébrale qui avait engendré de lourds traitements. Les parents avaient alors demandé à l’équipe médicale de stopper les soins, parlant d’un « acharnement thérapeutique » de la part de cette dernière.

L’enfant allait sûrement avoir « une vie de handicap » et de graves séquelles, mais les médecins ne pouvaient dire à quel point. Les parents de Titouan n’en pouvaient plus de le voir souffrir, « s’agiter, pleurer », comme ils l’ont expliqué cette semaine dans les médias. Mais le CHU de Poitiers ne voulait pas arrêter les traitements. Les médecins ont alors consulté une autre équipe médicale, pour avoir un autre avis, qui irait soit dans le sens du couple charentais, soit dans le sens de l’hôpital de Poitiers. Et l’équipe de réanimation néonatale du centre hospitalier Antoine-Beclère (situé à Clamart dans les Hauts-de-Seine) était aussi d’avis de poursuivre les soins, s’opposant donc eux aussi aux parents.

 

Mais malgré cet avis des confrères, le CHU de Poitiers est revenu sur sa décision. En effet, il a été annoncé hier soir, jeudi 18 septembre, dans un communiqué de presse que, après avoir demandé un avis éthique et après s’être de nouveau réunis, « l’accompagnement de fin de vie est engagé » pour Titouan, en raison de la volonté des parents. Les modalités « ont été définies en associant la famille« , comme l’a indiqué l’hôpital. De plus, il a été précisé que « l’état de santé du nouveau-né s’est par ailleurs dégradé ces dernières heures« . Le centre hospitalier explique également que « la réflexion a été conduite dans la sérénité, les parents ont toujours été informés des différentes étapes qui ont jalonné la réflexion de l’équipe médicale ». Le personnel médical a lui aussi apporté leur « plus vif soutien à la famille et son entourage« .


 

Nous pensons très fort aux parents qui ont dû prendre la décision la plus difficile de leur vie…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire