Les patchs de nicotine, inopérants chez les femmes enceintes !

Fumer enceinte, non. De nombreuses mamans fumeuses prennent le parti d’arrêter d’enchaîner les paquets de cigarettes lorsqu’elles attendent un heureux événement et utilisent, par exemple, des patchs de nicotine. Un étude nationale, mise en place entre 2007 et 2012 par l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, démontre que ces patchs seraient inefficaces chez les femmes enceintes.

 

Un nourrisson beaucoup plus chétif, un risque de prématurité augmenté et autres complications…. A cause de la cigarette, bébé et sa maman risquent d’affronter de nombreux et dangereux problèmes de santé. Voila pourquoi les mères fumeuses choisissent de protéger au maximum leur enfant à naître en utilisant des patchs. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? L’hôpital de la Pitié Salpêtrière a décidé d’étudier le comportement de ces femmes enceintes pour voir si les patchs avaient une réelle incidence sur leur consommation de cigarettes. Résultat ?

 

402 femmes majeures, enceintes et fumant plus de cinq cigarettes par jour ont participé à l’étude. La moitié d’entre elles ont reçu des patchs placebo, l’autre moitié des patchs dosés en nicotine et censés agir pendant 16 heures. La nicotine prodiguée a été poussée jusqu’à 30mg/jour, c’est-à-dire une dose élevée sur une exposition longue. Une quantité si forte inculquée aux femmes enceintes est d’ailleurs une première dans le monde scientifique. Le but de ces fortes doses ? Obliger le corps de la maman à réagir et à combler sa dépendance à la cigarette par des patchs.

 


Mais l’étude a mis en avant un autre résultat. Seules 11 mamans utilisant un patch de nicotine ont totalement arrêter de fumer pendant la grossesse, et 10 du groupe placebo. L’arrêt de la cigarette s’est donc fait grâce à la volonté de ces mamans, et non grâce à l’effet du patch. De plus, le poids moyen des bébés à la naissance variait peu : de 3,065g pour le groupe nicotine à 3,015g pour le groupe placebo. En revanche les nouveaux-nés des femmes devenues totalement abstinentes étaient un peu plus gros : 3,364g en moyenne.

 

Si l’étude prouve que le patch de nicotine n’a aucun effet sur la femme enceinte, elle rappelle également que fumer pendant la grossesse a une incidence directe sur la santé du bébé, comme en témoigne le poids très léger des nourrissons des mères cobayes. Enceinte la cigarette c’est niet !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire