Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Pourquoi impliquer les parents dans la prise en charge de leur enfant autiste rĂ©duit les symptĂŽmes ?

Pourquoi impliquer les parents dans la prise en charge de leur enfant autiste réduit les symptÎmes ?

En rĂšgle gĂ©nĂ©rale, un enfant atteint d’autisme rencontre des problĂšmes dans trois secteurs du dĂ©veloppement et de l’apprentissage, Ă  savoir le langage et la communication, le comportement et l’interaction sociale. La gravitĂ© de ces symptĂŽmes peut ensuite varier d’un enfant Ă  un autre. Toutefois, selon une rĂ©cente Ă©tude rĂ©alisĂ©e par des chercheurs de l’universitĂ© de Manchester, du King’s College London et de Newcastle (Royaume-Uni) et publiĂ©e dans la revue mĂ©dicale The Lancet, a montrĂ© que des mĂ©thodes Ă©ducatives peuvent permettre d’aider ces enfants atteints d’autisme Ă  se dĂ©velopper. Ces rĂ©sultats se verraient Ă©galement Ă  l’Ăąge adulte.

L’autisme, qu’est-ce-que c’est ?

Selon la dĂ©finition du site Vaincre l’autisme, l’autisme ou trouble du spectre autistique est un trouble envahissant du dĂ©veloppement (TED) affectant les fonctions cĂ©rĂ©brales. L’autisme se caractĂ©rise par un dĂ©veloppement anormal ou dĂ©ficient qui se manifeste avant l’Ăąge de 3 ans avec une perturbation caractĂ©ristique du fonctionnement dans les trois domaines importants du dĂ©veloppement.

L’autisme se trouve ĂȘtre dans la classification internationale des maladies (CIM 10) de l’Organisation Mondiale de la SantĂ© (OMS).

Diminuer les symptĂŽmes de l’autisme grĂące Ă  une prise en charge prĂ©coce des parents

Pour mener à bien cette étude, les experts britanniques ont réalisé des travaux sur 152 enfants ùgés de 2 à 4 ans, et leurs parents. Les enfants ont ensuite été répartis en deux groupes : le premier a reçu un accompagnement spécifique et le second a reçu les soins habituels dans un centre spécialisé.

Concernant l’accompagnement spĂ©cifique, les scientifiques ont filmĂ© les interactions entre parents et enfants durant six mois. Les experts ont ensuite analysĂ©, avec l’aide de thĂ©rapeutes, les vidĂ©os. Par la suite, ils ont appris aux parents comment mieux interprĂ©ter les besoins de leur enfant mais aussi comment amĂ©liorer leur facultĂ© de communication. Durant les six mois suivants, ces mĂȘmes parents se sont exercĂ©s Ă  de nouvelles techniques Ă©ducatives et comportementales afin d’amĂ©liorer leurs interactions avec leur enfant. Pour cette Ă©tude, les parents devaient Ă©galement rĂ©aliser des activitĂ©s de communication mais aussi de jeux avec leur enfant durant environ 20 Ă  30 minutes. Les spĂ©cialistes ont ensuite suivi les enfants analysĂ©s durant six ans aprĂšs l’arrĂȘt de la prise en charge des parents.

Des résultats encourageants sur le long terme

Et six ans plus tard, qu’est-ce que ça donne ? Pour les chercheurs, la gravitĂ© de l’autisme chez les enfants du premier groupe a diminuĂ© de 17% par rapport au second groupe. Les parents des enfants Ă©tudiĂ©s ont alors remarquĂ© que leur comportement rĂ©pĂ©titif s’est attĂ©nuĂ©, et que la communication s’est amĂ©liorĂ©e. En revanche, les enfants ont encore du mal Ă  parler et Ă©prouvent encore de l’anxiĂ©tĂ©. Pour les spĂ©cialistes, les enfants atteints d’autisme ont besoin d’ĂȘtre accompagnĂ© par leurs parents durant encore plus longtemps.

Pour le professeur Jonathan Green de l’universitĂ© de Manchester, auteur principal de l’Ă©tude, les rĂ©sultats sont trĂšs encourageants. Dans Le Lancet, il a dĂ©clarĂ© : « L’avantage de cette approche par rapport Ă  des interventions rĂ©alisĂ©es par des thĂ©rapeutes est qu’elle peut affecter le quotidien de l’enfant. » Pour ce professeur d’universitĂ©, bien qu’il ne s’agit pas lĂ  d’un « remĂšde », « apprendre aux parents Ă  interagir avec leurs enfants est un moyen efficace pour obtenir des amĂ©liorations sur le long terme ». MĂȘme en grandissant, ces enfants auront besoin de soutien dans diffĂ©rents aspects de leur vie, a Ă©galement soulignĂ© le professeur.

Et en France ?

En dĂ©cembre 2015, une Ă©tude nous apprenait que prendre des antidĂ©presseurs durant la grossesse pouvait accentuer le risque d’autisme chez l’enfant. Mais le simple fait d’en prendre ne conduit pas Ă  l’autisme. L’autisme a des causes multi-factorielles : les antĂ©cĂ©dents familiaux, l’ñge des parents, la dĂ©pression mais aussi les facteurs environnementaux. Les cas d’autisme sont en hausse depuis quelques annĂ©es. En 2006, on comptait 4 enfants pour 10 000 Ă©taient atteints de ce handicap. En 2015, 100 enfants Ă©taient atteints sur un panel de 10 000 (sources Association Vaincre l’autisme). Une hausse impressionnante en Ă  peine dix ans, mĂȘme en considĂ©rant que le dĂ©pistage s’est affinĂ©, multipliant ainsi les cas avĂ©rĂ©s.

À lire absolument