Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » La gestation pour autrui : une alternative Ă  la stĂ©rilitĂ© ?

La gestation pour autrui : une alternative à la stérilité ?

Tout au long de sa vie, Shayna, 24 ans, a toujours soutenu sa sƓur, Aimee, dans les moments difficiles. A sa naissance, les mĂ©decins lui ont diagnostiquĂ© la maladie de Hirschsprung (blocage du gros intestin), ce qui lui a valu de nombreuses opĂ©rations et la pose d’un sac de colostomie. Pendant ses allers-retours rĂ©guliers Ă  l’hĂŽpital, Shayna n’était jamais trĂšs loin d’Aimee. Plus tard, les deux sƓurs se sont mariĂ©es. Mais alors que Shayna et son mari Aaron Ă©taient les heureux parents de deux petits bouts, Mackenzie, 4 ans, et Fletcher, 2 ans, Aimee et son mari Jake n’étaient pas en mesure de concevoir. Et pourtant, ils avaient tout essayĂ©, mais la seule fĂ©condation in vitro qui a marchĂ© s’est soldĂ©e d’une fausse couche à 9 semaines de grossesse. C’est aprĂšs une ultime opĂ©ration chirurgicale, qu’Aimee apprend que son utĂ©rus ne pourrait jamais accueillir d’enfant.

Un incroyable cadeau

« Fletcher Ă©tait seulement ĂągĂ© de quelques mois lorsque j’ai appris qu’Aimee ne pourrait jamais ĂȘtre enceinte, nous avions tous le cƓur brisĂ©. Je voulais l’aider, mais il me fallait le temps d’y penser « , a dĂ©clarĂ© Shayna au site australien Kidspot. La jeune femme savait qu’elle pouvait porter le bĂ©bĂ© de sa sƓur, mais plusieurs interrogations s’imposaient Ă  elle. Elle pensait notamment Ă  son mari et Ă  sa rĂ©action ou mĂȘme Ă  ses enfants qui ne comprendraient pas pourquoi leur maman enceinte ne ramĂšnerait pas le bĂ©bĂ© Ă  la maison. AprĂšs 6 mois de rĂ©flexion, elle dĂ©cide d’offrir Ă  Aimee et Jake la possibilitĂ© d’avoir un bĂ©bĂ©. On imagine le choc d’Aimee Ă  l’annonce de cette offre, qu’elle a acceptĂ© avec joie. Les deux couples se sont rendus Ă  de nombreux rendez-vous pour s’assurer que tous avaient bien compris les enjeux de cette aventure. Puis, aprĂšs quelques essais infructueux, une FIV a fonctionnĂ©, Shayna Ă©tait enceinte du bĂ©bĂ© de Jake et Aimee.

Shayna confie Ă  Kidsport : «Tout au long de la grossesse Aimee Ă©tait incroyable, elle est venue Ă  chaque rendez-vous et Ă  chaque Ă©chographie et elle a pris soin de moi. » Et malgrĂ© le fait qu’elle portait le bĂ©bĂ© de sa sƓur, elle pensait : « C’était bizarre, mais j’ai toujours considĂ©rĂ© le bĂ©bĂ© que je portais comme Ă©tant le sien, et non le mien ». Cela l’a sans doute aidĂ©e Ă  faire la part des choses. La grossesse s’est parfaitement dĂ©roulĂ©e et lorsque Shayna est entrĂ©e en travail en mars dernier, les deux couples Ă©taient prĂ©sents pour la naissance du petit bout.

une femme accouche du bebe de sa soeur 2

une femme accouche du bebe de sa soeur 3

Un bébé en bonne santé

A sa naissance, Francesca pesait 3,4 kilogrammes, elle Ă©tait en parfaite santĂ© et elle a pu rentrer Ă  la maison avec ses parents le lendemain. Du cĂŽtĂ© juridique, la filiation reste encore Ă  prouver. Mais, ni Aimee ni Shayna ne regrettent leur dĂ©cision. Toutes deux tiennent Ă  partager un message positif sur la gestation pour autrui. Reste qu’il y a aussi un autre paramĂštre Ă  prendre en compte : l’avis du bĂ©bĂ© plus tard. Pourra-t-il ou pas surmonter un Ă©ventuel sentiment d’abandon quand il connaĂźtra son histoire ? La pĂ©dopsychiatre Myriam Sejzner, qui suit de nombreux enfants souffrant de leur histoire personnelle et trĂšs opposĂ©e Ă  la GPA, estime « qu’il y a suffisamment d’abandons dans le monde et que ce n’est pas utile d’en fabriquer sur ordonnance ». A noter que la gestation pour autrui est formellement interdite en France.


une femme accouche du bebe de sa soeur 4
une femme accouche du bebe de sa soeur 5

 


À lire absolument