Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » En Angleterre des mamans se portent volontaires pour allaiter un petit garçon

En Angleterre des mamans se portent volontaires pour allaiter un petit garçon

© Ronja Wiedenbeck/Instagram

Ronja Wiedenbeck, une jeune Anglaise de 26 ans a eu la malchance de se trouver Ă  l’hĂŽpital Ă  cause d’un kyste Ă  l’ovaire. A cause de fortes douleurs ressenties, Ronja a dĂ» bĂ©nĂ©ficier d’un traitement qui l’a tout simplement empĂȘchĂ©e de donner le sein Ă  son fils. Rio, son petit garçon de 11 mois, s’est donc retrouvĂ© dĂ©muni face Ă  ce manque de nourriture. Refusant le biberon et le lait infantile, la maman, au dĂ©sespoir de ne pas voir son fils allaitĂ©, a postĂ© une annonce sur Facebook des plus inattendues. Sur un groupe de mamans, elle a demandĂ© Ă  d’autres mamans de se porter volontaires afin de nourrir le petit Rio et le rĂ©sultat ne s’est pas fait attendre.

Un soutien entre mĂšres allaitantes

En un rien de temps, pas moins de 1 000 mamans se sont manifestĂ©es. Ronja en a donc choisi 5 qui se sont parfaitement occupĂ©es de son petit Rio. Une des mamans a mĂȘme fait le dĂ©placement une heure seulement aprĂšs la publication de l’annonce sur Facebook. Afin de partager avec le plus grand monde son bonheur, Ronja a publiĂ© quelques photos des scĂšnes d’allaitement. Elle y a mĂȘme dĂ©clarĂ© : « Le soutien que j’ai reçu a Ă©tĂ© incroyable et c’est admirable de voir Ă  quel point nous, les mĂšres allaitantes, nous nous soutenons quand le besoin s’en fait sentir. ».

La jeune maman a Ă©galement tenu Ă  partager cet instant sur les rĂ©seaux sociaux afin de sensibiliser les personnes au phĂ©nomĂšne. Elle a voulu montrer Ă  quel point l’allaitement ne devait pas ĂȘtre rĂ©primé et qu’il n’y a rien de « dĂ©goĂ»tant » Ă  l’idĂ©e de partager son lait maternel. Quand la situation l’exige, il est, pour elle, important que toutes les mamans allaitantes soient solidaires.

Qu’en est-il en France de la lĂ©gislation sur le partage du lait maternel ?

En France, le phĂ©nomĂšne de partage de lait maternel est trĂšs surveillĂ©. En effet, seuls les laits rĂ©coltĂ©s et analysĂ©s par les lactarium peuvent ĂȘtre utilisĂ©s auprĂšs des bĂ©bĂ©s dans le besoin. Tout ce travail mĂ©dical est important afin d’éliminer tout risque de contamination par bactĂ©ries (le plus souvent les staphylocoques) ou par virus (HĂ©patite B ou C) qui pourraient nuire Ă  la santĂ© du bĂ©bĂ©. Dans ces cas, la pasteurisation reste la prioritĂ© des autoritĂ©s compĂ©tentes.


D’ailleurs, le lait maternel partagĂ© vient uniquement de dons anonymes effectuĂ©s par des mĂšres qui ont un surplus de lait. Ainsi, il y a nĂ©cessitĂ© Ă  vĂ©rifier les conditions de santĂ© des donneuses mais aussi la qualitĂ© bactĂ©riologique du lait avant et aprĂšs la pasteurisation. Malheureusement, certaines pratiques illĂ©gales ont encore lieu de nos jours. Des mamans vendent ou achĂštent du lait maternel sur Internet, ce qui est totalement interdit par la loi. La lĂ©gislation française stipule Ă©galement qu’aucun Ă©change ne doit ĂȘtre effectuĂ© hors d’un contrĂŽle mĂ©dical. Sur les rĂ©seaux sociaux comme Facebook, certaines mĂšres sont mises en relation sauf que de graves risques peuvent ĂȘtre encourus par le bĂ©bé receveur.

© Ronja Wiedenbeck/Instagram

© Ronja Wiedenbeck/Instagram

© Ronja Wiedenbeck/Instagram

© Ronja Wiedenbeck/Instagram


À lire absolument