Des caméras en service de néonatologie pour relier parents et bébés

Dans certains centres hospitaliers français, des services de néonatologie installent petit à petit des caméras dans les chambres des nourrissons hospitalisés. Le but est simple : permettre aux mamans mais aussi à la famille d’avoir un lien avec le bébé et ce malgré la distance. Les raisons médicales d’un tel éloignement sont multiples : santé de la maman trop fragile, état du bébé ne permettant pas de l’amener en chambre ou éloignement des parents qui sont rentrés à la maison alors que le bébé nécessite encore des soins. Dans plusieurs départements français, les personnels hospitaliers se mobilisent pour créer ce contact entre le bébé et les parents grâce à cet outil numérique révolutionnaire. Décryptage.

Créer un contact entre les parents et le bébé, un souhait pour ces hôpitaux

Une maman trop fatiguée pour effectuer des déplacements en néonatalogie ou un bébé qui demande une surveillance 24 h sur 24 sont les raisons essentielles qui poussent certains hôpitaux à se munir de caméras directement installées dans les salles du service de néonatologie et reliées aux chambres des mamans. De manière générale, les médecins estiment que ce contact visuel permet à la maman comme au bébé de faire connaissance malgré la distance. Même si ce genre de situation reste heureusement peu fréquent (la prématurité concerne 6% des naissances), ce soutien psychologique peut rassurer et réconforter les parents et aussi les bébés.

Comme l’explique Caroline Tauzin, cadre de santé en néonatologie à l’hôpital de Mont-de-Marsan (Landes) pour actusoins.com, les caméras permettent de maintenir le contact entre une maman et son bébé « quand ni l’un ni l’autre ne peut, pour des raisons de santé, se déplacer ».

Plus qu’une simple photo, la caméra permet de tisser des liens plus importants. Par exemple, une montée de lait peut être stimulée par la vue de son bébé, ainsi, certaines mamans peuvent ainsi pour tirer leur lait plus facilement. Et le processus est encore plus poussé à l’hôpital d’Alès-Cévennes, où les parents peuvent, en même temps,  voir leur bébé et lui parler. Ce dispositif de vidéoconférence existe à ALès depuis 2006 mais a encore été amélioré grâce à aux nouveaux locaux disponibles depuis 2012.

Des technologies de plus en plus performantes

À l’hôpital de Château-Thierry, ce système de vidéoconférence a été mis en place car les bâtiments de maternité et de néonatologie sont trop éloignés l’un de l’autre. Dans cet hôpital, l’écran est posé sur un chariot roulant qui est directement amené jusqu’à la chambre de la maman. Même si le dispositif n’offre pas le son, une connexion de 15 à 30 minutes est possible une à plusieurs fois dans la journée, avec la présence d’une puéricultrice pendant la connexion. Le but étant de ne pas effrayer les parents à cause d’éventuelles sondes présentes sur le corps de bébé mais aussi d’expliquer comment se porte le bébé. C’est à partir de là qu’un réel contact émouvant peut avoir lieu.


Dans le Rhône, à Villefranche-sur-Saône, une rénovation du service de néonatologie a permis de placer une caméra dans chaque chambre individuelle des bébés hospitalisés dans ce service. En plus d’un contact avec les parents, ce système permet de surveiller à distance l’état du bébé par le personnel médical en charge. Une fois de retour à la maison, les parents peuvent continuer à communiquer avec leur bébé via une connexion Internet sécurisée. En quelques clics, le contact virtuel est établi !

Grâce aux nombreuses technologies présentent dans certains centres hospitaliers, comme celui de Alès-Cévennes, il est possible de donner des nouvelles au papa qui lui est resté à la maison avec l’aide d’une clé USB cryptée lisible sur PC ou tablette. Et c’est dans un même esprit que le HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève) s’est également équipé de cette méthode. Grâce à un système de vidéoconférence performant relié à une application pour smartphone, les parents peuvent garder un lien avec bébé.  A n’importe quelle heure de la journée, le papa et la maman peuvent admirer leur bébé resté au service de néonatologie. Ce système, testé depuis 2007, équipe toutes les couveuses de néonatologie ainsi que plusieurs lits dans le service des soins intensifs médico-chirurgical pédiatrique. Une belle avancée technologique donc, qui pourrait dans le futur inspirer encore quelques hôpitaux français ou européens.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire