Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » DEPISTAGE COMBINE : comment amĂ©liorer la prise en charge

DEPISTAGE COMBINE : comment améliorer la prise en charge

Le dĂ©pistage combinĂ© du premier trimestre se base sur l’association des mesures Ă©chographiques et le dosage des marqueurs sanguins. Selon l’HAS, l’objectif du dĂ©pistage prĂ©natal de la T21 est de donner aux femmes enceintes ou aux couples le souhaitant une information sur le niveau de risque de T21 du fƓtus afin de leur permettre de dĂ©cider librement, aprĂšs une information objective et Ă©clairĂ©e, de la poursuite ou non de leur grossesse si une T21 fƓtale a Ă©tĂ© diagnostiquĂ©e.
Mais dans les faits, il est parfois difficile de trouver les mots, d’expliquer aux parents les paramĂštres de ce test statistique. Neuf mois a dĂ©cidĂ© d’interviewer le Dr Anne Evrard pour donner des pistes de rĂ©flexion.

De l’importance de bien expliquer les rĂ©sultats des tests combinĂ©s

Les tests combinĂ©s sont souvent source de stress pour les futurs parents, trĂšs souvent les rĂ©sultats tombent sans explication et le calcul des risques n’est absolument pas expliquĂ©. Cette situation gĂ©nĂšre un stress qui pourrait ĂȘtre Ă©vitĂ©.

Les femmes enceintes et plus gĂ©nĂ©ralement les couples ont besoin d’explications sur le contenu global des rĂ©sultats d’un test de dĂ©pistage combinĂ©. Ces tests prennent en compte plusieurs paramĂštres comme l’ñge de la femme enceinte, son poids, le nombre cigarettes fumĂ©es, les mesures Ă©chographiques du bĂ©bĂ© et les rĂ©sultats de deux marqueurs : la BĂȘta HCG (human chorionic gonadotrophine) et la PAPP-A (pregnancy associated placental protein-A). Les rĂ©sultats doivent ĂȘtre expliquĂ©s au cas par cas, par exemple une clartĂ© nucale de 2 n’est pas forcĂ©ment mauvaise,, elle doit ĂȘtre corrĂ©lĂ©e avec la taille du bĂ©bĂ©, et en fonction de sa taille cette clartĂ© sera jugĂ©e plus Ă©levĂ©e ou dans la normale par rapport aux donnĂ©es de rĂ©fĂ©rence.

Prenons un deuxiĂšme exemple, un score Ă©levĂ© de 1/240 avec une clartĂ© nucale Ă  3 peut ĂȘtre trĂšs anxiogĂšne, car elle classe la femme enceinte dans une catĂ©gorie dite « Ă  risque ». Cependant, sans les marqueurs sĂ©riques, le pourcentage serait plutĂŽt de l’ordre de 1/50, on est donc dans un cas ou le tri test est rassurant !

Il est important de bien trouver les mots pour expliquer chaque partie du test comme par exemple expliquer avec des mots simples ce que signifient les unités Mom.

Note : les résultats du test sont exprimés en Mom, ce qui signifie Multiple de la Médiane.

NDLR : dans certains pays europĂ©ens, les tests de dĂ©pistages font l’objet de consultations dĂ©diĂ©es en dĂ©but de grossesse, ce qui permet de diminuer nettement les tensions liĂ©es Ă  ces tests.

Pour les jumeaux, le test combiné est il fiable ?

Non pas vraiment, car l’étude des marqueurs sĂ©riques est faussĂ©e surtout s’il y a deux placentas. Le tri test n’est donc pas un outil pertinent. Actuellement, le suivi Ă©chographique est plus poussĂ© et pour les femmes pouvant prĂ©senter un risque augmentĂ© (dĂ» Ă  l’ñge, une image Ă©chographique particuliĂšre) on peut proposer un DPNI.

Existe-t-il des paramÚtres qui peuvent faire varier les résultats du test de dépistage ?

Oui, la consommation de cigarettes par exemple ; on sait que la consommation d’une seule cigarette contribue Ă  faire baisser le taux de PAPP-A. Il est donc indispensable d’ĂȘtre prĂ©cis sur sa consommation. Normalement, la consommation de tabac, le poids ou l’origine ethnique sont pris en compte.

Chose importante, l’échographie du premier trimestre doit impĂ©rativement ĂȘtre rĂ©alisĂ©e par un Ă©chographiste agrĂ©e (il doit d’ailleurs reporter son numĂ©ro d’agrĂ©ment sur la feuille destinĂ©e au laboratoire) sans cela, le test ne peut ĂȘtre effectuĂ©.

Existe t- il des formations pour les professionnels de santé ?

Bien entendu, de nombreuses universités proposent des formations, plus ou moins longues qui permettent de bien expliquer ces paramÚtres.
NDLR : plus d’informations sur le site de l’ordre des sages-femmes.

À lire absolument