Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Coup d’Ɠil sur la santĂ© pĂ©rinatale en France : du bon 
et du moins bon !

Coup d’Ɠil sur la santĂ© pĂ©rinatale en France : du bon 
et du moins bon !

L’INSERM a publiĂ© le 26 novembre, le rapport Euro-Peristat qui rassemble les statistiques de 31 pays europĂ©ens sur la santĂ© pĂ©rinatale. RĂ©sultat : la France est une bonne Ă©lĂšve en matiĂšre de cĂ©sarienne, mais peut beaucoup mieux faire en matiĂšre de mortalitĂ© infantile et consommation de tabac.

Les points forts : moins de cĂ©sariennes et plus d’information

La France se place d’abord dans les 7 pays europĂ©ens ayant renforcĂ© leur systĂšme de statistiques. Les dĂ©cĂšs maternels sont trĂšs prĂ©cisĂ©ment documentĂ©s, ce qui permet de mieux lutter contre ce flĂ©au. La France se situe Ă©galement au 7Ăšme rang sur 31 des pays en ce qui concerne la cĂ©sarienne. En effet, en France en 2015, on pratique 1 cĂ©sarienne pour 5 naissances. On peut surligner le fait que la France se place particuliĂšrement bien pour les situations Ă  risque puisqu’on dĂ©nombre 59 % de cĂ©sariennes pratiquĂ©es en cas d’antĂ©cĂ©dent de cĂ©sariennes, ce qui place le pays en 3Ăšme position, 75 % de cĂ©sariennes pratiquĂ©es en cas de prĂ©sentation par le siĂšge, ce qui place la France en 4Ăšme position et enfin 54% de cĂ©sariennes pratiquĂ©es en cas de grossesses multiples ce qui donne un trĂšs bon 5Ăšme rang.

Les points à travailler : la mortalité infantile et le tabagisme

D’abord, on peut souligner que le taux de mortalitĂ© infantile reste un des plus faibles dans le monde. Cependant, le nombre d’enfants morts-nĂ©s reste Ă©levĂ© en France ou on compte 3 dĂ©cĂšs pour 1000 naissances, ce qui place la France au 21Ăšme rang des pays europĂ©en. La mortalitĂ© nĂ©onatale (dĂ©cĂšs dans le premier mois) est aussi encore Ă©levĂ©e puisqu’elle atteint 2.4 pour 1000 naissances (la France se place 23Ăšme des pays europĂ©ens). Ces chiffres sont d’autant plus marquants qu’en France, ils ne bougent pas alors que dans les autres pays europĂ©ens, ils ont tendance Ă  baisser. Pour BĂ©atrice Blondel qui reprĂ©sente la France dans le comitĂ© scientifique du projet Euro-Peristat, il est important de mettre en place (Ă  l’instar d’autres pays comme le royaume uni) des analyses poussĂ©es pour comprendre ce phĂ©nomĂšne. Les naissances prĂ©maturĂ©es (moins de 36 semaines d’amĂ©norrhĂ©e) sont quant Ă  elles stables depuis 2012.

Autre point Ă  amĂ©liorer : la consommation de tabac, qui ne baisse toujours pas au contraire de la plupart des autres pays. (16.3% des femmes au 3 Ăšme trimestre fument ce qui place la France au 20Ăšme rang des 22 pays europĂ©ens ayant pratiquĂ© des statistiques sur ce sujet). On note enfin, qu’en France, comme dans de nombreux autres pays EuropĂ©ens, l’ñge de la maternitĂ© augmente (plus d’une femme sur 5 a plus de 35 ans) ainsi que le taux de naissances gĂ©mellaires (17.1 pour 1000 naissances).

La conclusion de ce projet revient Ă  Jennifer Zeitlin, coordinatrice du projet Euro-Peristat : « Ce bilan prĂ©sente une situation contrastĂ©e. Il semble que les efforts menĂ©s pour limiter les cĂ©sariennes ont conduit Ă  des rĂ©sultats positifs. En revanche la situation concernant la mortalitĂ© des enfants Ă  la naissance est prĂ©occupante. Il est indispensable d’analyser les facteurs et les circonstances des dĂ©cĂšs pour identifier dans quels domaines et sur quelles populations devraient porter les efforts. »

À lire absolument