Téléchargez l'application Neuf Mois
Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Pour ou contre un patch pour remplacer le rappel du vaccin contre la coqueluche ?

Vous avez la phobie des aiguilles ? Alors cet article est fait pour vous ! Pour celles et ceux qui le souhaiteraient, se vacciner contre la coqueluche, du moins pour faire le rappel chez les jeunes adultes, pourrait se réaliser à l’aide d’un patch à coller sur la peau. En effet, l’entreprise DBV Technologies (une société Française biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’une nouvelle méthode d’immunothérapie utilisant la voie épicutanée), a annoncé mardi 6 septembre 2016 sur leur site officiel dbv-technologies.com, que des essais cliniques d’un vaccin-patch contre la coqueluche seraient bientôt réalisés sur une population comprenant une soixantaine de personnes. Cela permettrait ainsi de protéger bébé une fois venu au monde de cette maladie, en vaccinant les jeunes adultes qui projettent d’avoir des enfants.

La coqueluche, qu’est-ce que c’est ?

La coqueluche est une infection respiratoire qui est très contagieuse, qui peut contaminer les bébés. Pour ces derniers, la maladie est très dangereuse, jusqu’à être mortelle. Cette maladie, provoquée par une bactérie (la Bordetella pertussis), se caractérise par de violentes quintes de toux, une difficulté à respirer et des vomissements.

Un patch plutôt qu’un vaccin

L’entreprise DBV Technologies est déjà connue par le passé pour avoir créé le patch Viaskin « Peanut », un traitement pour les allergies aux arachides (cacahuètes) qui se trouve être, à l’heure actuelle, la deuxième cause d’allergie alimentaire en France (Source Le Figaro).

Grâce à ce patch, les personnes victimes de la bélonéphobie (peur des aiguilles) ou réticentes à l’idée que d’autres adjuvants se trouvent dans le vaccin disposeront d’une autre méthode pour le rappel contre la coqueluche. Une simple prescription du médecin pour ensuite le coller sur la peau. À ce moment-là, la chambre hermétique du patch hydrate et le principe actif est lâché traversant la peau pour s’introduire dans le sang afin d’entrer en relation avec les cellules du système immunitaire.

Menés en collaboration avec les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) et l’entreprise de biotechnologie Bio Net-Asia Co, les résultats des tests cliniques du patch « Viaskin rPT » épicutané devraient être donnés au cours du premier semestre de l’année 2017, a annoncé le Dr Pierre-Henri Benhamou, président-directeur général de DBV Technologies, au Monde. S’ils sont bons, alors celui-ci remplacerait le vaccin de rappel des 27-28 ans. L’étude sera alors dirigée par le Centre de Recherche Clinique des HUG sur des hommes et femmes âgés entre 18 et 40 ans, tous vaccinés durant leur enfance contre la coqueluche.


Et en France ?

En France, les femmes enceintes doivent attendre de mettre au monde leur bébé afin de se faire vacciner contre la coqueluche. En ce qui concerne la vaccination de leur petit bout, elle ne se fera pas avant l’âge de 2 mois avec des rappels fixés à 16-18 mois, 11-13 ans et 27-28 ans. Mais toujours est-il qu’un bébé peut être contaminé par la maladie au cours de ses deux premiers mois, la plupart du temps par ses proches, parents, grands-parents, fratrie. D’où la recommandation, depuis quelques années, d’effectuer les rappels pour les grands-parents, les parents et les personnels soignants au contact de bébés.

Alors qu’aux États-Unis mais aussi en Belgique, les médecins préconisent de vacciner la femme enceinte contre la coqueluche, la France s’y oppose toujours et renvoie la vaccination après l’accouchement. La question est pourquoi ? A ce sujet, le Pr Franck Perrotin, a donné son éclairage au magazine Neuf Mois : « Je pense qu’il s’agit surtout de notre sacro-saint principe de précaution plus que tout autre argument scientifique. » Mais, souligne-t-il, il ne faut pas perdre de vue qu’une politique d’information en cours de grossesse s’est largement développée ces dernières années permettant aux femmes enceintes de se faire vacciner dès après l’accouchement, ainsi que les proches parents pour éviter d’exposer le nourrisson à la maladie. Et de préciser que la couverture vaccinale est en train d’augmenter de façon notable, traduisant l’adhésion des professionnels de santé et des familles à cette stratégie de prévention.

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Bemini) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire