Cette maman s’est confinée chez elle 40 jours après la naissance de son bébé

Connaissez-vous le confinement ? Cette tradition venue d’Asie est encore peu connue en Occident mais elle va pourtant vous plaire. Le Daily Mail a relayé l’expérience de la blogueuse australienne Kate Alexandra qui est professeur de yoga et vient de mettre au monde son deuxième fils Yagan. Sur son blog, la jeune femme de 33 ans a retenu trois leçons de son expérience : elle était impatiente, avait beaucoup de fringales et d’envies.

kate enceinte

Kate insiste sur le fait que ces 40 jours chez elle avec son bébé lui ont permis de se ressourcer, de créer des liens avec lui et de remettre son corps en route, loin de toutes distractions du monde extérieur. Le repos total qui devrait être si apprécié par la jeune maman n’était pourtant pas si facile, raconte-t-elle : «C’était paradoxal car en même temps j’adorais la lenteur de ces 40 jours à la maison pour connaître mon bébé, mais j’étais impatiente de sortir aussi !»

Kate allaitement

La professeur de yoga a découvert sa nature : elle voulait boire du café, manger du chocolat, acheter des choses plus ou moins utiles et sortir pour redevenir « normale » mais tous ces plaisirs sont déconseillés durant la période de confinement qui doit être consacré au repos de la jeune maman et à son enfant. Avec beaucoup de recul, elle témoigne : «Une fois que j’ai réalisé que c’était superflu, j’ai laissé tomber tous mes caprices et j’ai profité du moment présent mais c’est plus facile à dire qu’à faire !»

Le pouvoir du silence

Déjà maman d’un petit Bodhi, Kate raconte qu’il était difficile de profiter du silence avec un enfant de 3 ans et un nouveau-né à la maison : « Dès que mon grand dormait ou était absent, je buvais le silence. Je voulais avoir le temps de respirer pendant chaque moment de calme. Pas de musique, pas de lecture, pas de téléphone. Juste m’asseoir et profiter tout simplement du silence. » Kate a fait des exercices de respiration et quelques positions de yoga pour reprendre possession de son corps.

famille kate

La jeune femme raconte qu’elle a commencé à apprécier de plus en plus le silence qui combattait même toutes ses envies. Elle explique que même lorsque son grand fils était là et faisait du bruit, elle essayait de capturer les moments de calme pour se ressourcer un peu.

L’entourage est primordial

L’Australienne confie qu’elle a le privilège de vivre dans un village et qu’elle était donc très bien entourée durant sa période de confinement. Elle raconte la réaction de ses proches : « Quand je disais aux gens que j’allais passer 40 jours chez moi ils étaient toujours surpris : ‘Pourquoi s’isoler comme ça ? »

Voir Aussi

Elle poursuit : « Oui, il y a eu quelques jours longs où je me sentais seule mais la plupart du temps j’avais mes proches avec moi. La famille et les amis que j’aime venaient me soutenir mes fils et moi et j’en suis très reconnaissante ! » Kate explique que sa belle-mère et certaines personnes de son entourage venaient les mains pleines de cadeaux et de nourriture tout comme certaines jeunes mamans qui venaient l’aider durant ses tâches domestiques.


kate yoga

Kate Alexandra a fait le bilan de son expérience de confinement sur son blog : « Je remercie toutes les personnes qui m’ont permis de passer 40 jours chez moi. » Elle continue sur les bénéfices : « J’ai adoré cette expérience qui m’a obligée à être patiente et à gérer mes envies et mon égoïsme. » Pour conclure, l’Australienne déclare : « Je suis aussi heureuse d’avoir découvert le pouvoir du silence.». A noter que cette coutume du confinement vient de très loin : au Moyen-Âge en France, toute femme qui venait d’accoucher devait rester allongée et confinée jusqu’à la cérémonie des « relevailles » qui donnait lieu à une fête religieuse et populaire.  

yagan

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire