Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Au Mexique, l’État de Sonora interdit 61 prĂ©noms

Au Mexique, l’État de Sonora interdit 61 prĂ©noms

Vous avez choisi un prĂ©nom un peu original pour bĂ©bĂ© ? VĂ©rifiez d’abord sur la liste si vous avez le droit de l’utiliser ! C’est ce que devront faire les futurs parents vivant dans l’Etat de Sonora au Mexique. Ce dernier a crĂ©Ă© une liste de 61 prĂ©noms qui sont dĂ©sormais interdits dans le registre civil. Un prĂ©nom peut y ĂȘtre apposĂ© Ă  partir du moment oĂč il est jugĂ© « DĂ©sobligeant, pĂ©joratif, discriminatoire ou vide de sens ».

Cette liste a Ă©tĂ© Ă©tablie Ă  la suite d’un recensement des prĂ©noms donnĂ©s dans tout l’État. Il faut dire que certains Mexicains ont eu beaucoup d’imagination. La liste contient des prĂ©noms Ă©tranges comme Burger King (c’est pas un fast food ça ? ) mais aussi des prĂ©noms de personnages historiques tel qu’Hitler ou de personnages de fiction comme Harry Potter. Et la cerise sur le gĂąteau : le mot espagnol pour « testicules ». Oui, oui


Le but premier des reprĂ©sentants de l’État de Sonora ? ProtĂ©ger les enfants des lubies de leurs parents. Cristina RamĂ­rez, directrice des registres de l’État civil, s’explique aux mĂ©dias : « L’objectif de cette liste est de protĂ©ger les enfants d’une intimidation pouvant ĂȘtre causĂ©e par leur prĂ©nom ». L’État est persuadĂ© qu’aider les jeunes aujourd’hui, c’est prĂ©venir les blessures de demain et Ă©viter au futur adulte l’inadaptation sociale.

Donner un prĂ©nom original Ă  son enfant est presque devenu une tradition au Mexique. Les parents s’inspirent des sociĂ©tĂ©s occidentales sans toujours comprendre le sens et la portĂ©e des mots qu’ils utilisent. Ainsi, quelques « Usnavy » ont vu le jour sans parler des James Bond. Le Sonora Ă©tait mĂȘme allĂ© jusqu’à lancer une campagne, en 2009, qui encourageait les parents Ă  donner Ă  leurs enfants des prĂ©noms dits « normaux » pour Ă©viter d’en faire des parias dans leurs Ă©coles. Mais cela n’a apparemment pas suffit. Certes on doit protĂ©ger les enfants, mais pensez-vous que le Sonora aille trop loin cette fois ?



À lire absolument