Neufmois.fr » Au fil de l'actu » L’État civil suisse refuse le prĂ©nom choisi pour un nouveau-nĂ©

L’État civil suisse refuse le prĂ©nom choisi pour un nouveau-nĂ©

On rĂ©flĂ©chit des mois, on passe des heures Ă  parlementer avec chĂ©ri sur un prĂ©nom, on tombe enfin d’accord et
 non, l’État civil refuse notre choix. C’est l’histoire qu’ont vĂ©cu Alain et Miriam, heureux parents d’un petit garçon. Ces derniers ont en effet Ă©tĂ© Ă©tonnĂ©s d’apprendre que le prĂ©nom qu’ils avaient choisi pour leur bambin, Jessico, Ă©tait considĂ©rĂ© comme prĂ©nom fĂ©minin par l’administration. Un garçon ne pourrait donc pas ĂȘtre nommĂ© ainsi, en tous les cas en Suisse.

On oublie souvent qu’on ne choisit pas Ă  deux mais Ă  trois le prĂ©nom de bĂ©bĂ© ! En effet, l’État civil a aussi son mot Ă  dire et peut refuser le prĂ©nom que vous avez choisi pour votre tout-petit ! Ainsi, dĂšs le lendemain de la naissance de leur bĂ©bĂ©, Alain et Miriam ont enregistrĂ© ce dernier auprĂšs des autoritĂ©s, suivant la procĂ©dure habituelle. Ils ont dĂ©clarĂ© que leur nouveau-nĂ© s’appelait Jessico. Mais contre toute attente, les parents ont reçu une lettre de l’État civil du canton de Berne. Pourquoi ? Parce que celui-ci refusait que leur nourrisson soit nommĂ© avec ce prĂ©nom Ă©trange, un garçon ne pouvant s’appeler comme une fille.

Les parents sont donc priĂ©s de donner une explication claire et prĂ©cise de ce choix invalidĂ© par l’Etat civil. Alain et Miriam ont Ă©tĂ© choquĂ©s par ce refus auquel ils ne s’attendaient pas, en effet, le prĂ©nom de « Jessico » n’a rien de choquant en soi, selon les parents. Et pourtant, ces derniers ont dĂ» justifier leur choix par Ă©crit, dans l’espoir que le prĂ©nom soit acceptĂ©. Aujourd’hui, ils attendent encore la rĂ©ponse de l’administration. Pour le moment donc, le bout de chou se nomme toujours Jessico.

 

Histoire de goût ou véritable législation ? Que pensez-vous de cette histoire ?

À lire absolument

Laisser un commentaire