L’État civil suisse refuse le prénom choisi pour un nouveau-né

On réfléchit des mois, on passe des heures à parlementer avec chéri sur un prénom, on tombe enfin d’accord et… non, l’État civil refuse notre choix. C’est l’histoire qu’ont vécu Alain et Miriam, heureux parents d’un petit garçon. Ces derniers ont en effet été étonnés d’apprendre que le prénom qu’ils avaient choisi pour leur bambin, Jessico, était considéré comme prénom féminin par l’administration. Un garçon ne pourrait donc pas être nommé ainsi, en tous les cas en Suisse.

On oublie souvent qu’on ne choisit pas à deux mais à trois le prénom de bébé ! En effet, l’État civil a aussi son mot à dire et peut refuser le prénom que vous avez choisi pour votre tout-petit ! Ainsi, dès le lendemain de la naissance de leur bébé, Alain et Miriam ont enregistré ce dernier auprès des autorités, suivant la procédure habituelle. Ils ont déclaré que leur nouveau-né s’appelait Jessico. Mais contre toute attente, les parents ont reçu une lettre de l’État civil du canton de Berne. Pourquoi ? Parce que celui-ci refusait que leur nourrisson soit nommé avec ce prénom étrange, un garçon ne pouvant s’appeler comme une fille.

Les parents sont donc priés de donner une explication claire et précise de ce choix invalidé par l’Etat civil. Alain et Miriam ont été choqués par ce refus auquel ils ne s’attendaient pas, en effet, le prénom de « Jessico » n’a rien de choquant en soi, selon les parents. Et pourtant, ces derniers ont dû justifier leur choix par écrit, dans l’espoir que le prénom soit accepté. Aujourd’hui, ils attendent encore la réponse de l’administration. Pour le moment donc, le bout de chou se nomme toujours Jessico.

 


Histoire de goût ou véritable législation ? Que pensez-vous de cette histoire ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire