Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » AprĂšs une cĂ©sarienne les mĂ©decins oublient un tissu dans son corps

AprÚs une césarienne les médecins oublient un tissu dans son corps

La cĂ©sarienne n’est pas toujours trĂšs bien apprĂ©ciĂ©e chez les jeunes mamans. Et Djamila, jeune femme de 26 ans qui a accouchĂ© de son petit Issa le 22 novembre 2015 Ă  l’hĂŽpital Delafontaine Saint-Denis, en a carrĂ©ment vĂ©cu deux pour retirer un tissu oubliĂ© dans son corps Ă  la premiĂšre cĂ©sarienne.

Pour Djamila, la naissance de son fils « devait ĂȘtre le plus beau jour de [sa] vie, c’est devenu le pire », a t-elle racontĂ© au Parisien. Pour la venue au monde d’Issa, elle a subi une cĂ©sarienne dĂ©clenchĂ©e en urgence car « le cƓur du bĂ©bĂ© n’allait pas bien ». Malheureusement pour elle, l’anesthĂ©sie n’a pas bien fonctionnĂ© et elle ressentait donc toutes les douleurs. Mais le pire, c’était le rĂ©veil : « J’étais seule, je ne savais pas si mon enfant Ă©tait en vie, ni oĂč Ă©tait mon mari. » Enfin, c’est ce qu’elle pensait. Car en rĂ©alitĂ©, le pire Ă©tait Ă  venir. Impossible de bouger, elle avait bien trop mal. Finalement, les mĂ©decins la laissent sortir le 26 novembre.

Un corps Ă©tranger retrouvĂ© lors d’un scanner

Et bien qu’elle se retrouve avec son mari et son fils, le mal est toujours lĂ  et personne ne comprend. Au Parisien, elle a racontĂ© : « Pendant deux mois, je subissais des douleurs insupportables, des gĂȘnes au niveau du transit, des ballonnements, des saignements d’une couleur jaunĂątre
 [
] Je croyais que c’était les suites de l’accouchement. » Elle a supportĂ© ces douleurs jusqu’au 24 janvier, jour oĂč elle partie en direction des urgences de l’hĂŽpital oĂč elle a accouchĂ©. Les mĂ©decins lui font passer un scanner et dĂ©couvrent un tissu (appelĂ© champ abdominal dans le jargon chirurgical) dans son corps, oubliĂ© lors de sa prĂ©cĂ©dente cĂ©sarienne ! L’opĂ©ration est prĂ©vue pour le lendemain, mais Djamila n’était pas d’accord et souhaitait se faire opĂ©rer dans un autre hĂŽpital. Et mĂȘme si elle et son mari n’ont pas reçu d’excuses concernant cet oubli, l’urgence est bien prĂ©sente. Elle a alors subi une deuxiĂšme cĂ©sarienne !

Pour la direction de l’hĂŽpital, cette complication chirurgicale peut arriver « surtout lorsque les cĂ©sariennes sont effectuĂ©es en urgence. Mais c’est extrĂȘmement rare, entre 1 cas sur 1 000 et 1 cas sur 5 000 suivant les Ă©tudes. »


Ils souhaitent porter plainte

Suite Ă  cet incident, qui a montrĂ© « un problĂšme de communication et de confiance avec cet hĂŽpital », le couple souhaite saisir la justice. En effet, l’opĂ©ration et le congĂ© maladie, qui a durĂ© bien longtemps, risquent d’avoir des consĂ©quences sur l’avenir professionnel de la jeune femme



À lire absolument