Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop Grossesse

Troubles de la vue chez bébé : à dépister avant 1 an

Plus vite dépistés, plus vite traités, et moins ces petits maux auront de répercussion sur le développement psychomoteur de bébé. Et surtout, plus sûrement ils régresseront ! Alors dès les premiers mois, on ouvre l’œil pour surveiller d’éventuels troubles de la vue chez bébé.

Eh oui, la vision de bébé peut souffrir dès les premières semaines de troubles impossibles à déceler à l’œil nu, surtout par un œil aussi inexpérimenté que le nôtre. C’est la raison pour laquelle, à l’âge de 6 ans, un enfant sur cinq souffre de troubles de la vision ! Il peut s’agir d’un trouble isolé ou de plusieurs troubles associés (la myopie et l’amblyopie, par exemple). Pris en charge très tôt, c’est-à-dire avant l’âge de 1 an, ces défauts oculaires se soignent particulièrement bien, certains régressant même complètement. Après 6 ans, il est beaucoup plus difficile de remédier à certains problèmes. D’où l’importance de faire suivre bébé par un spécialiste le plus tôt possible, à partir de l’âge de 9 mois, en général. D’autant qu’une bonne vision est essentielle pour le bon développement psychomoteur du très jeune enfant car les trois quarts des informations qui parviennent au cerveau de l’enfant passent par le système visuel. Une bonne vision développe sa curiosité devant de nouveaux objets, de nouvelles situations, lui donne de l’assurance pour conquérir la marche, l’incite à parler, à se sociabiliser. C’est pourquoi il faut dépister très tôt les troubles éventuels. Les règles de protection maternelle et infantile imposent 3 visites médicales : dans les 8 premiers jours suivant la naissance, à 9 mois et à 2 ans. Ces trois rendez-vous obligatoires avec le pédiatre comportent un examen de la vue afin de déceler d’éventuelles anomalies oculaires. Le résultat de cette recherche est inscrit dans le carnet de santé. Par la suite, deux autres visites de contrôle sont recommandées, chez l’ophtalmologiste, entre l’âge de 2 et 6 ans. Une fois scolarisés, tous les enfants passent une visite annuelle organisée dans le cadre de leur établissement scolaire.

Bébé louche

Pas de panique : il est normal qu’un bébé louche un peu jusqu’à l’âge de 3 mois. Le tout-petit essaie de faire la mise au point avec les moyens du bord. D’où cette action asymétrique des deux yeux. Mais passé le premier trimestre, si ce strabisme s’installe ou apparaît ponctuellement de manière assez fréquente, il faut impérativement consulter.

Comment le dépister ? Le spécialiste pourra établir la réalité du trouble par un petit examen lumineux (en approchant une lumière des yeux, il vérifie que le reflet se trouve ou non au centre de chaque pupille) et définir s’il est convergent (l’œil dévie vers le nez) ou divergent (vers l’extérieur).

Le traitement : Avec des lunettes et quelques exercices effectués chez l’orthoptiste, le trouble disparaît en principe en quelques semaines ou quelques mois. Dans le cas contraire, il s’agit d’un strabisme sévère qui peut être rectifié par une opération, entre 2 et 5 ans : le chirurgien redressera alors le muscle responsable de la déviation.

 

Bébé est amblyope

En raison d’une anomalie de la vision, l’un des deux yeux est devenu paresseux. L’amblyopie accompagne souvent le strabisme, ainsi que l’hypermétropie (lire par ailleurs). Quand il louche, le tout-petit voit deux images et son cerveau finit par en neutraliser une. L’œil paresseux ne travaille pas, perd de l’acuité visuelle et peut même devenir aveugle. D’où l’importance d’un dépistage précoce ! En effet, traité avant l’âge de 3 ans, ce trouble de la vision peut être quasiment éradiqué.

Comment le dépiste ? Pour poser son diagnostic, le spécialiste a recours à un petit stratagème : il occulte un œil après l’autre et observe la réaction du bébé. Si le tout-petit se débat, c’est parce que son « bon » œil est masqué et qu’il ressent un inconfort. Autre test : les lunettes. Le spécialiste colle une bande adhésive verticale de manière à occulter toute la moitié côté nez, puis, une fois bébé muni de ces lunettes, il lui montre un jouet qu’il fait glisser de gauche à droite. Si le regard du bébé suit le jouet sur la gauche, c’est que tout va bien pour cet œil. S’il doit tourner la tête pour le suivre du regard, c’est qu’il a besoin de l’œil droit pour compenser les faiblesses du gauche.

Le traitement : Il consiste à occulter l’œil bien portant pour inciter le « paresseux » à travailler et en séances de rééducation chez un orthoptiste (remboursées par la sécurité sociale sur prescription médicale). Cette occultation, sauf cas très graves, ne dure pas toute la journée : dix minutes par jour pour un enfant de 4 mois, une demi-heure pour un enfant de 10 mois, une heure pour un enfant de 1 an.

Bébé est hypermétrope

L’hypermétropie est due à un œil trop petit. Conséquence de quoi, l’image ne se forme pas sur la rétine mais derrière elle, ce qui provoque une mauvaise vision de près. Tous les bébés sont hypermétropes à la naissance puisque leurs yeux n’ont pas atteint leur taille définitive. Le plus souvent, l’hypermétropie régresse spontanément au fil des années. Mais quand elle persiste, elle provoque un strabisme ou une amblyopie si un seul œil est concerné.

Comment le dépister ? Il y a peu de signes d’alerte, d’où la nécessité de consulter un ophtalmologiste par principe de précaution au cours du 9e mois (consultation non obligatoire mais fortement conseillée). Le spécialiste mesurera la capacité de bébé à faire la mise au point pour obtenir une image nette (skiascopie).

Le traitement : Si l’hypermétropie est avérée, bébé devra porter des lunettes.

 

Bébé est astigmate

L’astigmatisme résulte d’une déformation de la cornée, dont la courbure n’est plus aussi parfaite que l’aurait voulu Dame Nature. En conséquence de quoi, l’image n’est pas très nette et bébé a une mauvaise perception des lignes horizontales, verticales ou obliques. Ce trouble de la vue évolue très vite au cours des premiers mois de la vie puis très lentement, à l’âge adulte.


Comment le dépister ? L’examen médical prouvera la déformation de la cornée ainsi que la mauvaise acuité visuelle (pas plus de 5 dixièmes à l’adolescence).

Le traitement : Le spécialiste prescrira le port de lunettes, souvent associé à des séances d’orthoptie.

 

Bébé est myope

La myopie est extrêmement rare chez un tout-petit, sauf si les deux parents sont myopes. En général, ce trouble de la vision apparaît plutôt vers l’âge de 6 ans. En cas de myopie, l’image se forme devant la rétine (et non pas sur), ce qui provoque une vision de loin plutôt floue.

Comment le dépister ? Bébé ne répond pas à un stimuli visuel placé à plus de un mètre jusqu’à 1 an (deux mètres ensuite), il cligne beaucoup les yeux, a l’air de froncer les sourcils quand il fixe un objet… Comme pour l’hypermétropie, le spécialiste va mesurer sa capacité à faire la mise au point.

Le traitement Encore et toujours… des lunettes !

Les signes à repérer avant 6 mois

  • Certains signes doivent nous alerter et nous pousser à en parler à notre pédiatre, qui nous dirigera le cas échéant vers un ophtalmologiste.
  • Sa paupière supérieure est tombante ou présente un angiome, qui peut obturer l’axe visuel ou appuyer sur la cornée (ce qui est source d’astigmatisme).
  • Ses yeux larmoient sans cesse ou il souffre d’une conjonctivite qui n’en finit jamais.
  • Il ne répond pas aux stimuli visuels, ne cligne pas des yeux à la lumière (dès les premiers jours), ne cligne pas à la surprise (dès 3 mois), n’a pas de réflexe de poursuite visuelle (après 4 mois).
  • Il souffre de strabisme : tout strabisme constant après 3 mois est pathologique.
  • Il ne tend pas spontanément les mains vers les objets (vers 5 mois), ne répond pas à notre sourire et ne s’intéresse pas aux visages familiers.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire