En train de lire
S.O.S bébé a la gastro : que faire ?

S.O.S bébé a la gastro : que faire ?

Ouhlalala ! Bébé a mal au ventre ! Il se tortille à droite et à gauche et a ce regard légèrement vitreux qui annonce les prémices de la maladie… Mais quelle maladie ? Ne vous inquiétez pas, vous la reconnaîtrez bien assez vite : douleurs, vomissements, diarrhées, parfois (mais pas toujours) fièvre, et la grande gagnante est… la gastro-entérite à rotavirus ! Quelle peste celle-là ! Mais comment lutter contre elle et soulager bébé ? Toutes les réponses ici.

La solution radicale pour prévenir la gastro-entérite

C’est tout simple, cela consiste à régler le problème en amont en faisant vacciner bébé. Pour cela, il n’y a pas trente-six mille solutions puisque seuls deux vaccins par voie buccale existent : le vaccin Rotarix® et le vaccin Rotateq®. L’intérêt du vaccin, c’est d’éviter à bébé une hospitalisation pour cause de déshydratation, laquelle peut être mortelle chez un tout-petit (chaque année, environ une dizaine de bébés décèdent des suites d’une gastro-entérite à rotavirus en France). Et l’inconvénient d’une hospitalisation, outre la gravité de l’état de bébé, c’est qu’il peut y contracter une maladie nocosomiale, le plus souvent la bronchiolite étant donné que les deux pics de contamination coïncident, à savoir du 15 novembre au 15 janvier de chaque année.

L’organisme de bébé étant affaibli, il cède d’autant plus facilement au virus respiratoire syncytial (VRS). Ceci étant, le vaccin n’est pas la garantie à coup sûr d’éviter la contamination : la vaccination permet de réduire de 50% le risque de gastro-entérite quelle que soit son origine (pas seulement le rotavirus) et d’éviter 70% des hospitalisations et donc des risques de contaminations nocosomiales.

Le hic : ils sont coûteux car non remboursés par la sécurité sociale (comptez entre 90 et 150€ et faites jouer la concurrence entre les officines car les prix de l’une à l’autre varient), ils doivent être impérativement effectués en deux prises (Rotarix) ou trois prises (Rotateq) entre 4 et 6 mois et ils peuvent provoquer – très rarement c’est vrai, mais mieux vaut le savoir – une invagination intestinale.


La solution de prévention naturelle

La meilleure des préventions naturelles reste incontestablement l’allaitement qui permet au tout-petit de bénéficier de la protection des anticorps de sa maman. Ensuite, évidemment, une bonne hygiène est indispensable mais ne garantit absolument pas que bébé sera épargné. Malgré ce constat négatif, il est indispensable de bien se laver les mains avant de s’occuper de bébé ou de lui préparer son biberon.

Le hic : ce virus est extrêmement résistant et même les produits désinfectants n’en viennent pas à bout. On sait qu’il peut survivre plusieurs jours sur des surfaces apparemment propres et plusieurs heures sur la peau.

Comment réagir si bébé a attrapé la gastro ?

Chez un tout-petit de moins de 6 mois, la gastro-entérite est une urgence car il se déshydrate extrêmement vite. Il faut toujours avoir chez soi des sels de réhydratation orale (remboursés par la sécurité sociale) à donner à bébé toutes les dix minutes si bébé vomit beaucoup ou toutes les demi-heures dans le cas où il les ingère sans souci. Bien entendu, pour un tout-petit de cet âge, il faut consulter rapidement (dans la journée) le pédiatre. Si sa fontanelle se creuse, c’est une urgence absolue : filez aux urgences !

Autres symptômes d’alerte, la persistance du pli cutané (en pinçant sa peau légèrement, on remarque que le pli demeure une à deux secondes), une grande apathie voire une perte de connaissance, et une de poids égale ou supérieure à 10% du poids de bébé.


Voir Aussi

Après l’âge de 6 mois, il est préférable de consulter le médecin, mais, à condition de bien réhydrater bébé avec des sels de réhydratation orale, le rendez-vous peut attendre le lendemain si bébé n’est pas apathique, si le pli cutané est normal et la perte de poids minime. Dans tous les cas, un coup de fil au cabinet médical est préférable dès l’apparition des symptômes, notamment pour vérifier la nécessité d’une restriction diététique.

 

 


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire