Mon bébé régurgite beaucoup : c’est grave ou pas  ?

Un bébé sur 500 souffre de régurgitations fréquentes. La plupart du temps, c’est bénin, ça nous gave mais bon, faut vivre avec et il existe des petits trucs pour limiter les remontées. Ainsi que de bons bavoirs ! En général, vers 1 an, les petits renvois disparaissent. Dans des cas plus rares, les reflux peuvent suggérer l’existence d’un reflux gastro-oesophagien, de son petit nom RGO. Embêtant mais heureusement pas sans solution ! Les explications du Dr Lyonel Rossant, pédiatre.

Le RGO, c’est quoi ?

On parle de reflux gastro-œsophagien en présence de vomissements abondants, survenant à distance des repas ou même pendant le sommeil. Pourquoi de tels vomissements ? Parce qu’à la jonction de l’estomac et de l’œsophage se trouve un sphincter qui s’ouvre à l’arrivée des aliments puis se ferme. En raison d’une immaturité du système digestif, ce sphincter fonctionne mal et le contenu gastrique acide remonte dans l’œsophage. Le reflux gastro-œsophagien peut aussi être provoqué par une allergie aux protéines du lait de vache. L’acidité des aliments régurgités agresse la muqueuse de l’œsophage, ce qui provoque des douleurs et une sensation de brûlures. L’œsophage est irrité et peut même saigner. Les fausses routes sont également possibles.

Les signes d’alerte

Pleurs, manque d’appétit, cassure de la courbe de poids, complications pulmonaires ou oto-rhino-laryngologiques, doivent impérativement vous amener à consulter un médecin.

Les complications

Certaines pathologies peuvent être aggravées par un reflux gastro-œsophagien, notamment la laryngite, l’asthme et la bronchite chronique. Les micro-inhalations acides dans les voies aériennes, survenant souvent la nuit, sont à l’origine de ces infections récidivantes.


Comment le soigner ?

Le traitement consiste en un régime alimentaire adapté (lait épaissi, fractionnement des repas, suppression des jus de fruits acides). En parallèle, le médecin peut conseiller de coucher le bébé sur le ventre, sur un matelas incliné, contrairement à la règle habituelle du couchage sur le dos. La position assise, notamment dans un siège type relax, doit être évitée. Pour les enfants plus grands, le chocolat, les boissons gazeuses, les plats en sauce sont également interdits. Des médicaments seront parfois prescrits pour renforcer le tonus musculaire de l’œsophage et de l’estomac. Ainsi que des pansements gastriques, sous forme de gel ou de sirop, administrés après les repas, qui ont un effet protecteur.

5 conseils anti-reflux

 

  • Donnez des quantités limitées Mieux vaut donner un biberon de plus par jour à bébé que de donner des quantités trop importantes. Le trop-plein ressortirait aussitôt. Demandez conseil au médecin pour adapter les quantités au problème de bébé.
  • Évitez l’excitation. Après la tétée, il faut éviter de jouer de manière trop interactive avec bébé. On le garde dans les bras, tranquillement.
  • Laissez-le droit ! Le temps qu’il fasse son rot, il faut tenir bébé droit, appuyé contre votre épaule. Ensuite, attendre un moment avant de l’allonger pour le changer. La meilleure solution, c’est de le changer avant le biberon. Sans serrer trop la couche (attention aussi aux vêtements trop serrés !).
  • Achetez un lait anti-reflux. Il existe des laits épaissis à l’amidon ou à la farine de caroube pour limiter les problèmes de reflux quand les autres astuces n’ont pas produit d’amélioration. Mais ce type de lait ne doit jamais être donné sans l’aval du médecin.
  • Utilisez une tétine adaptée Prévue pour les laits épaissis, les tétines anti-reflux ont des vitesses variables, indispensables pour que bébé ne boive pas trop vite.
Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire