Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Soucis gĂ©nitaux chez les bĂ©bĂ©s garçons : tout ce qu’il faut savoir

Soucis gĂ©nitaux chez les bĂ©bĂ©s garçons : tout ce qu’il faut savoir

A la naissance, quand il s’agit d’un garçon, il arrive que le bas-ventre de bĂ©bĂ© rĂ©serve des petites surprises. Rien de grave heureusement : il s’agit parfois d’un testicule non descendu dans les bourses ou alors d’un phimosis


Que faire si l’un des testicules n’est pas descendu chez bĂ©bĂ© ?

Non, bĂ©bĂ© ne sera pas eunuque, pas d’inquiĂ©tude ! C’est juste une histoire de timing. En fait, pendant la grossesse, les testicules des fƓtus mĂąles se dĂ©veloppent prĂšs des reins. Bizarre, mais c’est comme ça
C’est seulement peu de temps avant la naissance que ces accessoires virils descendent dans la bourse qui leur est affectĂ©e. Mais il arrive qu’un testicule fasse le paresseux et ne bouge pas ou qu’il batifole en chemin, ne descendant pas assez bas. Parfois, mais c’est tout de mĂȘme plus rare, ce sont les deux testicules qui se font dĂ©sirer. En gĂ©nĂ©ral les choses rentrent dans l’ordre tout naturellement dans les semaines qui suivent. Mais si ce n’est pas le cas, une petite opĂ©ration sans gravitĂ© sera nĂ©cessaire vers l’ñge de 3 ans pour remettre tout ça en place.

Si bébé a un phimosis, que faire ?

Chez certains bĂ©bĂ©s, le prĂ©puce est tellement Ă©troit qu’il est impossible de dĂ©calotter le gland. On appelle cela un phimosis, Ă  ne pas confondre avec les adhĂ©rences du prĂ©puce, beaucoup plus frĂ©quentes : dans ce cas, le dĂ©calottage est possible mais de maniĂšre incomplĂšte, ce qui n’a rien de particuliĂšrement inquiĂ©tant avant l’ñge de 4 ans.

En revanche, le phimosis, dans 15 ou 20 ans, ça peut ĂȘtre embĂȘtant : infections Ă  rĂ©pĂ©titions, Ă©rections difficiles et douloureuses
 D’oĂč la nĂ©cessitĂ© d’une opĂ©ration, en gĂ©nĂ©ral prĂ©vue vers l’ñge de 5 ans. Il s’agit soit d’une petite incision pour Ă©largir le prĂ©puce, soit d’une circoncision, un acte mĂ©dical de plus en plus souvent demandĂ© par les parents hors coutumes religieuses ou culturelles, car considĂ©rĂ© aujourd’hui comme une mesure prĂ©ventive du sida et des infections urinaires. L’opĂ©ration se fait de plus en plus souvent en ambulatoire, c’est-Ă -dire que l’enfant sort de l’hĂŽpital le soir mĂȘme, avec des recommandations de repos pour les deux ou trois jours qui suivent.

 

 

À lire absolument