La musique peut-elle soulager un bébé prématuré ?

Un bébé prématuré, c’est souvent angoissant pour les parents. Outre les questions sur l’évolution de sa santé, on se demande aussi s’il souffre et si notre relation avec lui sera perturbée par ces longues semaines pendant lesquelles on n’aura pas pu le prendre autant contre soi qu’on l’aurait souhaité.

Stéphanie Lefebvre, musicothérapeute passionnée par les découvertes récentes sur l’action bénéfique de la musique dans le traitement de la souffrance des prématurés et la création du lien avec leurs parents, nous explique comment chanter pour bébé, prématuré ou pas, pour le réconforter.

Quels sont les principaux apports de la musicothérapie pour les prématurés ?

De manière générale, on a pu constater une amélioration de la saturation en oxygène et une meilleure fréquence cardiaque des bébés après des séances de musicothérapie. Une étude a d’ailleurs été publiée dans la revue médicale de référence Pediatrics à ce propos.

Des chercheurs du Beth Israel Center à New York ont lancé une étude sur le rôle des sons dans l’univers des prématurés de 32 semaines qui présentaient différentes pathologies telles que syndrome de détresse respiratoire, septicémie, retard de croissance…, en proposant la voix chantée d’un des parents sur une mélodie choisie par eux, ainsi que des sons reproduisant l’univers sonore in utero et aussi les battements de cœur de la maman.

Ils ont alors étudié les progrès des fonctions physiologiques des bébés : rythme cardiaque et respiratoire, niveaux de saturation en oxygène, niveaux d’activité et le développement de l’enfant en général, qu’il s’agisse de son sommeil, de son alimentation et du gain de poids. A raison de trois séances par semaine sur une durée de quinze jours seulement, les chercheurs ont constaté de réels progrès, chez les bébés. La musicothérapie ne se substitue pas aux soins, mais aide à les renforcer. Selon certaines études publiées dans des revues médicales de référence, la durée d’hospitalisation pourrait être réduite jusqu’à 8 jours grâce à la musicothérapie.

En quoi les bébés avaient-ils progressé ?

Les chercheurs ont constaté que les trois thérapies (berceuses, sons in utero, battement du cœur de la maman) sont bien associées à des évolutions positives du bébé : ralentissement du rythme cardiaque, respiration plus calme, amélioration de son alimentation et de sa routine de sommeil.

Pendant la séance de musique, l’état de vigilance du nouveau-né augmente puis il diminue après, tout comme les fréquences cardiaque et respiratoire, les habitudes de sommeil s’améliorent. Devant ces progrès, les parents sont moins stressés, certains qui n’osent pas trop toucher leur bébé si fragile, reprennent vraiment confiance, osent le toucher et lui parler, parfois même chanter pour lui.

Quand vous intervenez auprès d’un bébé, comment procédez-vous ?

Quand j’arrive dans le service de néonat, je demande toujours au personnel soignant auprès de quel bébé je peux intervenir afin de laisser tranquille les bébés trop agités ou ceux dont les soins sont lourds. Ensuite, l’accord des parents est essentiel. Je les associe s’ils le souhaitent. Je leur demande de choisir une mélodie qu’ils aiment ou qu’ils ont chanté à leur bébé pendant la grossesse par exemple, c’est important notamment quand les parents ont une autre langue maternelle que le français que le bébé a donc entendu pendant la grossesse.


Sans surprise, j’ai pu constater que c’est la voix de sa maman que le bébé préfère ! Selon la durée du séjour, le bébé va bénéficier d’un nombre de séances variables, mais sur les durées de trois semaines et plus, c’est vraiment intéressant de voir comment le bébé progresse : il reconnaît les sons, ouvre les yeux, tourne la tête, son rythme cardiaque s’apaise rapidement.

De toutes les études publiées jusqu’ici ressort la certitude que la musique peut aussi résoudre des problèmes chez les enfants nés à terme, non ?
Oui, évidemment. Un bébé stressé, qui pleure beaucoup, pourra être apaisé par des berceuses. Une maman stressée y trouvera aussi un bénéfice et par extension, son bébé, qui ressentira moins son stress.

Chanter pour son bébé, des mélodies douces, répétitives, que le bébé reconnaît permet de le rassurer et de minorer certains troubles de la toute petite enfance comme le sommeil, les coliques… Des études ont aussi montré l’intérêt de la musique lors d’examens médicaux pouvant être ressentis comme douloureux.

*Parue dans Pediatrics 15 avril 2013

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire