5 conseils pour choisir l’assurance santé de bébé 

L’arrivée de bébé représente un bonheur immense, énorme… indescriptible. Chouette, la famille s’agrandit enfin. Oui mais soyons pragmatiques, il va falloir rapidement penser aux frais de santé pour votre petit bout de chou ! Mais à partir de quand entreprendre les démarches dans les temps pour se munir des garanties essentielles ? Pour s’assurer ainsi des remboursements maximum sur les dépenses ? Pas de panique, il suffit de retenir ces 5 conseils indispensables pour choisir la bonne assurance santé de bébé.

Ameli vous simplifie la vie…

Le site web de l’Assurance Maladie vous accompagne à travers plusieurs outils pratiques avec :

  • Le guide « 0 à 3 ans ». Il vous informe sur la croissance de votre enfant, les examens médicaux à lui faire passer et il vous fournit de nombreux conseils concernant la santé de votre enfant au fur et à mesure qu’il grandit.
  • Le calendrier personnalisé des examens. Il vous permet de planifier les consultations et autres vaccinations de votre enfant jusqu’à ses 3 ans.
  • Le service « Santé de mon enfant ». Il vous communique régulièrement des informations pratiques et des conseils relatifs à la santé de votre enfant.

Pour accéder à ce « matériel » et profiter de votre service, il suffit de vous connecter via votre compte Ameli, en vous rendant sur la page web d’Ameli.fr. Vous y trouverez également des informations concernant le dépistage néonatal et le suivi médical de votre bébé.

Rattachez votre enfant à votre caisse…

Dans les 30 jours suivant la naissance, vous devez rattacher votre bébé à votre caisse d’assurance maladie. En effet, si les soins effectués durant le premier mois sont entièrement couverts par la Sécurité sociale, ils sont ensuite abaissés autour de 70%…

Ajoutez votre enfant à votre mutuelle

Toujours dans les 30 jours après l’accouchement, pensez au rattachement de bébé à votre complémentaire santé. Vous profiterez ainsi d’une couverture optimale pour votre enfant.

Pour cela, envoyez les informations suivantes à votre mutuelle ou organisme d’assurance :

  • Copie de l’acte de naissance,
  • Votre attestation de droit à l’assurance maladie ainsi,
  • Numéro de contrat mutuelle ou complémentaire santé.

Si vous avez choisi de vous passer de mutuelle jusqu’à l’arrivée de bébé, c’est votre choix…. Cependant, se passer d’une mutuelle une fois parent serait un risque inconsidéré ! En effet, vous pourriez rapidement être dépassés par les frais de santé liés à vos nouveaux besoins.

Comment choisir sa mutuelle santé en fonction de bébé ?

Le « low cost » n’est pas à conseiller, même s’il n’est pas question de vous imposer d’importantes cotisations. Nous vous conseillons des formules de mutuelles santé de moyennes à élevées pour cette période à part où les dépenses médicales se multiplient.

Privilégiez les formules incluant des garanties exhaustives dans les domaines suivants : médecine courante (consultations, par exemple), pharmacie (médicaments, vaccins…) et n’hésitez pas à souscrire les formules remboursant les médicaments non pris en charge par la sécurité sociale et les dépassements d’honoraires. Elles sont un peu plus coûteuses, mais au bout du compte, vous y gagnerez !

Les contrats de « mutuelle famille » sont indiscutablement les plus efficaces pour vous protéger vous et votre bébé. En effet, elles offrent à chacun une couverture sur mesure et évoluent avec vous, avec le temps.


Et si vous profitiez de l’arrivée de bébé pour changer de mutuelle santé ?

Une mutuelle qui vous convenait en couple peut très bien s’avérer inappropriée une fois votre famille agrandie.

Voyez ce que vous propose votre mutuelle ou assureur actuelle… et faites jouer la concurrence ! Le marché de la couverture santé est très dynamique et vous avez l’opportunité négocier les meilleures garanties aux meilleurs tarifs.

Sachez que vous pouvez résilier votre complémentaire santé à tout moment, sans fournir un motif précis. Il vous suffit pour cela d’envoyer à votre mutuelle ou votre organisme d’assurance une lettre recommandée, la plupart du temps 2 mois avant le 31 décembre de l’année en cours.

Article sponsorisé 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire