Ce qui s’est passé les premiers mois où j’ai allaité bébé

J’ai toujours souhaité allaiter mes enfants, en fait la question ne s’est jamais posée de faire autrement, tout du moins les premiers mois…

 

Ma prise d’informations sur l’allaitement

Quand j’ai appris pour ma grossesse, je me suis donc naturellement informée sur l’allaitement, principalement grâce à Internet, à certaines amies, aux cours de préparation à l’accouchement… J’ai donc pris connaissance d’une partie des écueils potentiels, sur les crevasses et leurs remèdes, sur les pics de croissance, sur la sensation d’avoir moins de lait, sur l’allaitement à la demande… Je me sentais prête et je savais que la motivation et résister à la tentation de compléter au début était le plus important, qu’il ne fallait surtout pas baisser les bras.

Décembre 2013, ma valise est prête

Et dans cette valise, SG d’allaitement, coussinets, t-shirts adaptés, coussins, crème à la lanoline… Quand ma fille est alors venue au monde ce fut le bonheur, même si, suite à un cordon ombilical mal placé et des bradycardies pendant son sommeil, je ne pouvais pas l’avoir près de moi tout le temps car ma puce était mise sous surveillance. Heureusement, le personnel était bien formé et a respecté mon souhait : pas de compléments, ils me réveillaient et je venais l’allaiter. Tout se passait bien, sauf qu’au troisième jour, les tétées se sont rapprochées, mes tétons brulaient malgré la crème, puis première crevasse. Aïe aïe aïe… ! Je suis donc allée demander un bout de sein en demandant si ça ne nuirait pas à l’allaitement. « Non non… ».

Un truc pas pratique à utiliser

Évidemment, le soulagement est là, mais quand même, ce n’est pas pratique, un truc à laver, à trimballer etc… Sauf que quand j’essayais de l’enlever au bout de 15 jours, ma fille n’arrivait pas à prendre le sein sans. Alors j’ai laissé tomber… Le temps a passé, tout semblait bien se dérouler, j’ai même surmonté une mastite avec 39°C de fièvre (merci le site de LLL pour la « consultation » à minuit… Finalement je n’étais pas aussi au point que je le pensais !), en faisant bien téter mon bébé sur le sein atteint. Ma puce a même allongé ses nuits.

La visite des 2 mois

A la visite des 2 mois elle n’a pris que 400 g. La pédiatre n’était pas inquiète, mais moi si. 400 g le 2ème mois ce n’est pas beaucoup pour un bébé allaité, elle a franchement changé de courbe… Comme entre-temps j’ai pu voir que les bouts de sein ne permettaient pas une stimulation optimale et pouvaient entrainer une baisse de lactation, j’ai décidé qu’il était temps de s’en débarrasser. J’arrivais à lui faire attraper le sein sans sauf que : aïe aïe aïe ! Ca me fait atrocement mal, mon téton ressortait pincé de sa bouche, donc j’en appréhendais les tétées qui me donnaient les larmes aux yeux. Mon mari, inquiet, m’a alors conseillé d’arrêter et de passer au biberon mais je ne voulais pas. J’avais dit 3 mois minimum… Je retourne voir le site de LLL et coup de bol : il y avait une réunion mensuelle un vendredi où j’étais disponible . J’y vais donc pour faire vérifier la position et rien à signaler. J’en déduis que c’est la prise en bouche du téton le souci, que bébé a pris de mauvaises habitudes avec le bout de sein… Donc dès qu’elle faisait mal, je la décrochais et je la remettais. Ca a payé d’ailleurs ! En une semaine sa succion était rééduquée, je n’avais plus aucune douleur.


Objectif atteint

J’arrive à mon premier objectif de 3 mois sans plus de problèmes, et comme tout continue à bien se passer (sa courbe de poids se stabilise, ouf), j’ai décidé de continuer… 6 mois au moins… Finalement nous voici quasi rendus à 10 mois (et 2 dents), 3 tétées par jour quand elle va chez la nounou, à volonté le reste du temps.

Prochain objectif : les un an, et qui sait, peut-être plus… pas de deadline, on verra bien ! Je nous fais confiance, c’est la clé d’un allaitement réussi pour moi…

Voir les commentaires (1)
  • Wouah, tres beau témoignage, çà m’a rassuré car moi aussi j’ai envie d’allaiter mon 1er bébé le plus longtemps possible 🙂 çà fait plaisir de voir des mamans courageuses qui se battent pour leur convictions.

Laisser votre commentaire