Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop Grossesse

Etude : l’obésité accentuerait les risques de complications lors des grossesses

Une récente étude américaine alerte sur les risques liés à une IMC trop importante, chez les femmes de 40 ans et plus qui souhaitent devenir mère. Un propos qui n’est pas nouveau mais confirme la nécessité de lutter contre le surpoids.

Les problèmes de surpoids chez les femmes de plus de 35 ans

« Plus de 13% des femmes enceintes sont aujourd’hui âgées de 35 ans et plus, dont près de 3% ont plus de 40 ans lors de l’accouchement, d’où l’impact croissant de l’obésité sur l’augmentation du taux de complications chez des femmes en bonne santé ». C’est du fait de cette constatation qu’une étude américaine a été menée par le Dr John R. Barton, du Central Baptist Hospital à Lexington (Kentucky). Ainsi, 53480 femmes – nullipares et âgées de 40 ans lors de leur grossesse – ont participé à cette étude. Afin que les données soient le plus représentatif possible, les femmes choisies ne fumaient pas et ne souffraient d’aucun trouble médical. Les données récoltées ont été classées selon l’âge de la mère et selon son obésité.

Au final, cette étude montre donc que les femmes nullipares de 40 ans ou plus présentent :
  • des accouchements par césarienne plus fréquents
  • un risque plus élevé de diabète gestationnel
  • un risque plus élevé de naissances prématurées
  • un risque plus élevé de petit poids pour le bébé
Et pour les femmes souffrant d’obésité, les risques s’accentuent :
  • le risque de prématurité (< à 37 semaines) est doublé & le risque de grande prématurité (< à 28 semaines) est multiplié par 8
  • les complications sont plus nombreuses, notamment en ce qui concerne le diabète gestationnel.

Une alimentation équilibrée indispensable

 C’est pourquoi le Dr Barton tient à rappeler que « durant toute la période de fertilité, les professionnels de la santé de la femme devraient encourager leurs patientes à maintenir un mode de vie sain. Pour les femmes nullipares, à la fois l’âge avancé de la mère et l’obésité renforcent le risque de complications. Les femmes qui choisissent de retarder leur première grossesse à l’âge de 40 ans et plus peuvent réduire leur niveau de risque en contrôlant leur IMC ».
 
Source : santelog.com

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire