Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Etude : l’obĂ©sitĂ© accentuerait les risques de complications lors des grossesses

Etude : l’obĂ©sitĂ© accentuerait les risques de complications lors des grossesses

Une rĂ©cente Ă©tude amĂ©ricaine alerte sur les risques liĂ©s Ă  une IMC trop importante, chez les femmes de 40 ans et plus qui souhaitent devenir mĂšre. Un propos qui n’est pas nouveau mais confirme la nĂ©cessitĂ© de lutter contre le surpoids.

Les problĂšmes de surpoids chez les femmes de plus de 35 ans

« Plus de 13% des femmes enceintes sont aujourd’hui ĂągĂ©es de 35 ans et plus, dont prĂšs de 3% ont plus de 40 ans lors de l’accouchement, d’oĂč l’impact croissant de l’obĂ©sitĂ© sur l’augmentation du taux de complications chez des femmes en bonne santé ». C’est du fait de cette constatation qu’une Ă©tude amĂ©ricaine a Ă©tĂ© menĂ©e par le Dr John R. Barton, du Central Baptist Hospital Ă  Lexington (Kentucky). Ainsi, 53480 femmes – nullipares et ĂągĂ©es de 40 ans lors de leur grossesse – ont participĂ© Ă  cette Ă©tude. Afin que les donnĂ©es soient le plus reprĂ©sentatif possible, les femmes choisies ne fumaient pas et ne souffraient d’aucun trouble mĂ©dical. Les donnĂ©es rĂ©coltĂ©es ont Ă©tĂ© classĂ©es selon l’Ăąge de la mĂšre et selon son obĂ©sitĂ©.

Au final, cette étude montre donc que les femmes nullipares de 40 ans ou plus présentent :
  • des accouchements par cĂ©sarienne plus frĂ©quents
  • un risque plus Ă©levĂ© de diabĂšte gestationnel
  • un risque plus Ă©levĂ© de naissances prĂ©maturĂ©es
  • un risque plus Ă©levĂ© de petit poids pour le bĂ©bĂ©
Et pour les femmes souffrant d’obĂ©sitĂ©, les risques s’accentuent :
  • le risque de prĂ©maturitĂ© (< Ă  37 semaines) est doublĂ© & le risque de grande prĂ©maturitĂ© (< à 28 semaines) est multipliĂ© par 8
  • les complications sont plus nombreuses, notamment en ce qui concerne le diabĂšte gestationnel.

Une alimentation équilibrée indispensable

 C’est pourquoi le Dr Barton tient Ă  rappeler que « durant toute la pĂ©riode de fertilitĂ©, les professionnels de la santĂ© de la femme devraient encourager leurs patientes Ă  maintenir un mode de vie sain. Pour les femmes nullipares, Ă  la fois l’Ăąge avancĂ© de la mĂšre et l’obĂ©sitĂ© renforcent le risque de complications. Les femmes qui choisissent de retarder leur premiĂšre grossesse Ă  l’Ăąge de 40 ans et plus peuvent rĂ©duire leur niveau de risque en contrĂŽlant leur IMC ».
 
Source : santelog.com

 

À lire absolument