Constipation, incontinence, hémorroïdes : le point sur les maux possibles mais passagers après l’accouchement

Lors de la grossesse et de l’accouchement, le poids de votre tout-petit, son périmètre crânien et sa position au moment de l’accouchement ainsi que les augmentations de la pression abdominale ont des répercussions (heureusement temporaires) sur votre système organisme. Des problèmes (heureusement) passagers d’incontinence, de constipation ou même d’hémorroïdes peuvent alors faire leur apparition. Petit tour d’horizon…

Les efforts fournis lors de l’accouchement peuvent favoriser l’incontinence urinaire

Les accouchements par voie basse sont, dans beaucoup de cas, synonymes d’incontinence et de constipation. Les efforts fournis au moment du travail ainsi que le poids de Bébé dans votre ventre peuvent avoir des conséquences sur vos passages aux toilettes. Par exemple, pour les soucis d’incontinence urinaire, à force d’avoir poussé, les tissus du périnée se sont distendus et sont moins efficaces. L’incontinence, c’est surtout le fait d’avoir des fuites d’urine quand vous éternuez, toussez ou alors au moment de fournir un effort, tel que lorsque vous vous penchez pour prendre votre petit ou soulever un objet lourd. Cette gêne, appelée incontinence d’effort, heureusement, peut être « soignée ». Il suffit de rééduquer votre périnée en le contractant, comme pour vous empêcher d’uriner. Après l’accouchement vous aurez sans doute le droit à des séances de rééducation du périnée avec un kinésithérapeute. Vous pouvez également vous tourner vers votre gynécologue, qui vous offrira une alternative si ce problème continue bien après l’accouchement. Si l’incontinence post-accouchement est relativement fréquente, il faut avant tout s’efforcer de la prévenir en musclant régulièrement les muscles du périnée un peu chaque jour. Le périnée est une sorte de hamac qui soutien les organes, si celui-ci se relâche, cela peut aller jusqu’à la descente d’organe. Ces exercices doivent être pratiqués aussi régulièrement que possible.

La constipation suite à un accouchement

La constipation qui suit après un accouchement est surtout due au fait que vos intestins ne soient plus comprimés sous le poids de Bébé. Il leur faut s’adapter à ce nouveau changement avant de fonctionner comme avant. Vos intestins ont besoin de temps pour s’habituer de nouveau à l’espace qui leur a manqué lors des derniers mois. La péridurale peut également faire diminuer le transit quelques heures. De plus, si vous avez subit une épisiotomie il se peut que vous ayez peur de rouvrir la cicatrice en poussant trop : n’ayez pas peur ! Vous pouvez toutefois aider à ce que votre transit se fasse plus facilement. Pour que votre organisme reprenne un rythme plus normal, la meilleure solution est de soigner votre alimentation. Il faut qu’elle soit riche en fruits et légumes et il vous faut surtout boire au moins deux litres d’eau quotidiennement. Vous pouvez également faire un sport adapté régulièrement mais seulement quand vous aurez effectué vos séances de rééducation périnéale.

Une petite astuce : le pruneau ! Ce fruit « magique » a tous les atouts pour vous aider. Que ce soit le fruit lui-même, en compote ou le jus. Votre corps reprendra petit à petit un fonctionnement normal. Il suffit simplement de faire tout votre possible pour que cela aille mieux rapidement. Quelques fois, la constipation dure plus longtemps car vous faites un blocage par rapport à la douleur et au fait de devoir pousser. Si toutefois, l’incontinence et la constipation perdurent plus, n’hésitez surtout pas à prendre rendez-vous avec votre médecin.


Les hémorroïdes après l’accouchement : une réalité douloureuse !

Les hémorroïdes sont des irritations des petits vaisseaux du canal anal. Généralement bénignes, les hémorroïdes peuvent provoquer de fortes démangeaisons et des sensations douloureuses et gênantes. Les hémorroïdes peuvent être déclenchées par différents facteurs : le stress, l’hérédité, une nourriture trop épicée, un surpoids. Mais le facteur déclenchant le plus important reste la grossesse. En effet, lors du troisième trimestre de grossesse les veines du canal anal sont particulièrement comprimées, du coup une femme sur 5 souffre d’hémorroïdes après un accouchement, ce qui favorise l’inflammation des veines. Pour calmer les symptômes, vous pouvez prendre des bains de siège, utiliser des médicaments de phytothérapie ou des crèmes hémorroïdes. Une alimentation riche en fibres et une bonne hydratation permettront d’éviter la constipation qui aggrave la crise hémorroïdaire.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire