Souvenir, souvenir, Mère Veilleuse se souvient de son premier accouchement

Mère Veilleuse ne ne savait pas à quoi s’attendre pour son deuxième accouchement. Pourtant, un an auparavant cette jeune maman accouchait de son premier petit bout. Elle se souvient d’ailleurs parfaitement de la naissance de son aînée, Framboisine. Vous voulez partager ses doux souvenirs ? Par ici la lecture les filles…

Les premières contractions sont survenues durant une belle soirée d’été, vers 19 heures. Elles n’étaient pas douloureuses, bien au contraire… Elles étaient excitantes ! Excitantes car le grand moment allait enfin arrivé. Je voulais pouvoir les ressentir. D’ailleurs, lorsqu’elles n’étaient pas suffisamment fortes la deception se lisait sur mon visage. Chérif (alias le super papa) les chronométrait et les enregistrait. Nous constations qu’elles devenaient de plus en plus rapprochées et nous riions nerveusement. Je montrais alors fièrement à Mamie-Sitter (derrière sa caméra entrain d’immortaliser ce beau moment) tout ce qui se trouvait dans ma valise de maternité…

« Ouuuuuuuuhhh attends… il y en a une qui arrive”, m’exprimais-je avec un grand sourire… “Ça y est, elle est passée”, annonçais-je avec un sourire encore plus gros, après avoir savouré (pour ne pas dire englouti) une bonne plâtrée de pâtes pour prendre un maximum d’énergie avant le grand moment. Après une petite photo souvenir, à quelques heures d’accoucher, nous décidions avec Chérif de nous coucher tôt, de dormir le plus possible et d’attendre que cela devienne douloureux. C’est d’ailleurs devenue très rapidement  douloureux…L’heure a sonné les amies ! À 3h30 du matin, je dis donc à Chérif qu’il est  temps de se diriger vers la maternité.

Pour être être dans les temps le jour j et éviter la panique, des amis nous avaient prêté une petite Lupo verte que nous avions surnommé « La Loupiotte ». Elle démarrait une fois sur deux mais cette nuit, on ne sait pas pourquoi, la voiture a bien voulu  démarrer du premier coup. Je m’accrochais alors fermement à la poignée de la portière. C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à crier. Et j’ai crié, crié…pendant 15h…
Petite bonus….

Voici un petit extrait des petites notes de Chérif, prises sur le vif lors du premier accouchement, dans l’empressement, la joie, le stress, l’angoisse et tout ce qui va avec l’arrivée d’un tout petit être dans un couple :
4h : Nous débarquons chargés comme des mules (oui oui comme des mules, valise de maternité et tout et tout)  à la Maternité des Lilas.

4h50 : “Deux doigts larges”, c’est-à-dire : Dilatation à 2 cm

5h45 : La sage-femme invite Mère Veilleuse à marcher et à se balancer sur un ballon.


6h : Un quart d’heure plus tard, je décide d’écrire à  nos proches : « Je pense qu’elle va accoucher à 11h45 ou 11h46 ».

7h : Je m’allonge contre elle. On attend, encore…

9h45 : Perte des eaux ! Ah ! Je dois tout éponger derrière elle. Mère Veilleuse commence à avoir des nausées… Elle demande à être auscultée et me dit : « Si je suis dilatée à 4 je demande la péri Chérif « .

10h30 : Dilatation à 3 cm… Mère Veilleuse vomit toutes les deux contractions, je lui tiens un petit haricot sous le menton.


11h30 : Elle peste contre l’anesthésiste ( ah les femmes !) et m’envoie chercher de l’aide. Elle me fait peur… Je ne suis pas rassuré !

12h15: PÉRIDURALE ! L’anesthésiste tente de lui faire une blague : “Attention ! Je pique !”  Elle se crispe… “Je rigole, lui dit-il, c’est déjà fait”. Elle n’a rien senti, normal, elle est déjà dans un état second. POUCE s’il vous plait ! Une pause s’impose. Je sors fumer !

13h : On lui donne de l’ocytocine pour accélérer le travail.

15h : 5 cm

16h06 : 9 cm

16h15 : Cinq femmes arrivent en urgence pour accoucher. Les sages-femmes sont débordées. On arrête de stimuler ses contractions pour ne pas qu’elle accouche seule. Ah, ça pas question !

Voir Aussi

17H : Des hurlements se font alors entendre. Je croise son regard terrifié. Je tente de la rassurer : “Ne t’inquiète pas ma chérie, je pense que cette femme n’a pas eu de péridurale…” Elle me croit à moitié, seulement à moitié…

17h50 : La sage-femme annonce soudain que c’est son tour et qu’elle ne sortira pas de cette pièce tant que Framboisine ne sera pas née.

17h55 : Elle peut commencer à pousser. J’attrape alors tout de suite le brumisateur.

18h25 : Elle commence à s’énerver. J’arrête avec mon brumisateur. Elle dit que ça ne sert à rien de pousser, Framboisine ne veut pas sortir.

18h30 : Petite pause tendresse. La sage-femme lui dit que la tête est là et lui demande si elle veut la toucher. “Je pousse, je pousse” répond-t-elle…Pas le temps pour ça, on y est presque Framboisine !

18h35 : Elle se penche sur son ventre et attrape Framboisine sous les aisselles pour la tirer sur sa poitrine. “Ça glisse “, retorque-t-elle.

Désormais chères lectrices, chères futures mamans et mamans, je crois savoir et comprendre pourquoi je suis plus nerveuse à l’approche de ce nouvel et deuxième accouchement. Et si c’était parce que cette fois-ci, je sais ce qui m’attends ? Je connais la situation à laquelle je vais devoir faire face ? Pour tant de bonheur à la fin !

http://mereveilleuse.over-blog.com/

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire