Je pars quand pour la maternité ?

Trop tôt, il faudra revenir à la maison. Trop tard, on ne pourra pas mettre en place la péridurale. Alors, comment reconnaître LA contraction pour partir à temps le jour de l’accouchement ?

La durée de l’accouchement varie d’une grossesse à l’autre

Sachez d’abord que la durée de l’accouchement  varie si vous attendez votre premier, deuxième ou troisième enfant : le premier accouchement est toujours le plus long et entre les premières contractions et la dilatation complète, il s’écoule en général plusieurs heures. Pas de panique, donc, vous avez le temps de voir venir !

Les contractions de travail sont plus douloureuses

Vous avez déjà eu des contractions au cours de votre grossesse, mais les contractions de travail sont beaucoup plus douloureuses : vous n’aurez pas de soucis pour les reconnaître ! L’imminence du départ dépend de la régularité, de la fréquence et de l’intensité des contractions. Au tout début du travail, elles sont de faible intensité, irrégulières, et de courte durée. Notez leur rythme et attendez : pour la naissance d’un premier bébé, le moment de partir se profile lorsque les contractions sont régulières, toutes les 10 minutes et qu’elles durent au moins une minute. Pour un second ou plus, partez dès que les contractions sont régulières et bien rythmées, quel que soit l’intervalle.

Partez à la maternité dès la rupture de la poche des eaux


Normalement, vous perdrez les eaux pendant l’accouchement, lorsque vous serez déjà à la maternité. Mais il peut arriver que cela survienne chez vous. Ne vous attendez pas forcément à perdre 1 litre de liquide amniotique en 1 fois : c’est plutôt l’équivalent d’un verre d’eau qui s’échappe en plusieurs fois. Ceci dit, même si la perte vous parait minime, dans l’éventualité d’un début de travail, arrêtez toute activité et partez immédiatement à la maternité. Tout devrait bien se passer mais lorsque la poche des eaux est rompue, il y a quand même des risques de complications.

Préparez votre transport à la maternité

– Faites vous accompagner si possible en voiture et non à pied, en position allongée ou semi allongée.
– Prenez en compte les conditions de circulation.
– Envisagez des solutions de rechange pour vous rendre à la maternité. Si par exemple votre mari n’est pas là, ayez à portée de main les numéros de téléphone de vos amis, voisins ou d’une ambulance… (attention ! il arrive que certains taxis refusent d’assurer le transport de femmes sur le point d’accoucher : la vie n’est pas un film et de beaux chauffeurs type John Travolta dans « Allo maman, ici Bébé », ne se rencontrent pas à tous les coins de rue !)
– Si vous avez un doute, n’hésitez pas à partir à la maternité et à demander une ambulance, même pour un court trajet. N’ayez pas peur d’être ridicule et soyez prudente !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire